Louise Bourgoin, atout coeur de «Tirez la langue, mademoiselle»

CINEMA Louise Bourgoin fait chavirer les coeurs de Cédric Kahn et Laurent Stocker dans la délicieuse comédie «Tirez la langue, mademoiselle»...

Caroline Vié

— 

Louise Bourgoin dans Tirez la langue Mademoiselle.
Louise Bourgoin dans Tirez la langue Mademoiselle. — Claire Nicol

Louise Bourgoin a tout pour elle: beauté, gentillesse et talent. Elle le démontre de façon éclatante dans Tirez la langue, mademoiselle, le deuxième film d’Axelle Ropert, où elle brouille les cartes entre Laurent Stocker et Cédric Kahn, deux deux frères médecins à la relation fusionnelle.

Un rôle adulte

«Tirez la langue, mademoiselle est une comédie romantique qui ne tombe jamais dans la mièvrerie, explique la comédienne. C’est ce que j’ai aimé dans le scénario d’Axelle Ropert: son style unique, drôle et cruel à la fois, m’a séduite.» La réalisatrice de La famille Wolberg offre un personnage en or à l’actrice. Louise Bourgoin fait vivre délicatement cette barmaid élevant seule une petite fille malade et peinant à s’engager avec l’un ou l’autre de ses soupirants. «C’est une adulte contemporaine confrontée à des problèmes de son âge, ce qui m’a changé de mes rôles précédents», dit l’actrice.

Bombe sensuelle dans La ille de Monaco (Anne Fontaine, 2008), justicière de bande dessinée dans Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-sec (Luc Besson, 2010) ou nonne autoritaire dans La religieuse (Guillaume Nicloux, 2013), le jeune femme a su inspirer des réalisateurs issus d’univers fort différents. «C’est sur le film d’Anne Fontaine que j’ai compris que j’étais faite pour le métier de comédienne, loin du stress des directs à la télévision», raconte-t-elle. Tirez la langue, mademoiselle, confirme que cette profession est également faite pour l’ex-miss Météo de Canal+.

Louise Bourgoin est fragile et juste dans ce film dont l’écriture au cordeau est mise en valeur par une mise en scène élégante. «Axelle Ropert fait preuve d’une exigence rare à tous les stades du projet, dit Louise Bourgoin. Je crois que cela se sent à l’écran.» On est si d’accord avec elle qu’on ne saurait trop vous recommander ce beau film d’amour aux saveurs de gâteau poudré de sable.