«La vie d’Adèle»: Les actrices se lâchent dans un journal américain

A.G.

— 

Léa Seydoux lors de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes 2013.
Léa Seydoux lors de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes 2013. — PDN/VILLARD/SIPA

Après les louanges, les confidences. Quatre mois après la Palme d’or à Cannes, Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, qui jusqu’à présent n’avaient pas commenté les critiques des techniciens sur les conditions de tournage de La Vie d’Adèle, se sont lâchées dans une interview.

Dans un entretien accordé au DailyBeast, Léa Seydoux évoque un tournage «horrible», racontant ainsi: «On a tourné [une scène de dispute] à trois caméras, et on a joué sans s’arrêter pendant 30 minutes. Je devais la [Adèle Exarchopoulos] pousser contre une porte en verre et lui hurler dessus "Casse-toi maintenant!". Adèle a claqué la porte et s’est coupée, il y avait du sang partout, et elle pleurait, son nez coulait. Et Kechiche a dit "On n’a pas fini. On la refait".» 

Abdellatif Kechiche «est un génie, mais il est torturé. On voulait donner tout ce qu'on avait mais parfois son comportement s'apparentait un peu à de la manipulation», a lâché Adèle Exarchopoulos, avant d’assurer: «Mais c’était une bonne expérience pour moi, en tant qu’actrice».

Si Léa Seydoux ne souhaite «plus jamais» travailler avec le réalisateur, Adèle Exarchopoulous s’est montrée plus diplomate, déclarant «je ne pense pas» au site américain.

Adaptation de la bande dessinée «Le bleu est une couleur chaude»  

Adaptation de la BD de Julie Maroh Le bleu est une couleur chaude, La Vie d’Adèle raconte l’histoire d’amour d’une adolescente de 15 ans et d’une jeune femme aux cheveux bleus qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant qu’adulte.

En France, le film sortira en salles à partir du 9 octobre.