«Moi, moche et méchant 2» triomphe au box-office mondial

Anaëlle Grondin

— 

Extrait du film d'animation «Moi, moche et méchant 2».
Extrait du film d'animation «Moi, moche et méchant 2». — Universal

Les nouvelles aventures du super-méchant professionnel Gru et de ses adorables Minions n’ont laissé personne indifférent cet été. Sorti début juillet aux Etats-Unis, Moi, moche et méchant 2, réalisé dans le studio parisien Mac Guff, vient de dépasser les 800 millions de dollars de recettes, selon le site spécialisé Deadline.  Le mois dernier, Universal avait déjà indiqué que le film d’animation, qui lui a coûté 76 millions «seulement»,  était le film le plus rentable de l’histoire du studio.

Le succès mondial de Moi, moche et méchant 2 démontre encore une fois la force des Français sur le marché mondial de l’animation. Le triomphe de ce film d’animation à l’international «illustre parfaitement la capacité des studios franciliens à fabriquer pour le marché mondial des contenus originaux et innovants», avait indiqué début août le président de la commission des films d'Ile-de-France, Olivier-René Veillon.

Illumination Entertainment, filiale d’Universal, qui avait eu l'idée du scénario de Moi, moche et méchant, avait voyagé dans le monde entier dans le but de trouver le studio idéal pour le mettre en images. C'est en voyant un film d'animation réalisé par Mac Guff en 2007, Chasseurs de dragons, que son patron, Christopher Meledandri, a choisi le studio parisien.

L’histoire est loin de s’arrêter là. Les Minions s’apprêtent à faire de l’ombre au grand Gru. Les petites créatures jaunes de Moi, moche et méchant vont avoir droit à leur propre film en décembre 2014. Chris Renaud, l'un des créateurs des Minions, confiait fin juin à 20 Minutes que ces personnages craquants avaient «un incroyable potentiel comique», notamment parce qu’ «ils possèdent leur langage délirant». C’est vrai que cela fonctionne à tous les coups.