Mads Mikkelsen, la belle gueule danoise aux rôles exigeants

CINEMA Depuis quelques années, le danois Mads Mikkelsen a imposé son profil de médaille et son regard glacial. Retour sur une carrière exemplaire...

Caroline Vié

— 

Mads Mikkelsen à Cannes le 24 mai 2013.
Mads Mikkelsen à Cannes le 24 mai 2013. — Joel Ryan/AP/SIPA

Mads Mikklesen est beau mais il n%u2019est pas que cela. En une poignée d%u2019années, cet ancien gymnaste s%u2019est imposé sur grand écran dans des rôles exigeants dont le chevalier tragique de Michael Kohlhaas est le dernier en date. «Le sport m%u2019a appris une discipline dont j%u2019ai tiré parti pour mon métier d%u2019acteur» dit-il.

 De James Bond au Guerrier silencieux

Les amateurs de cinéma de genre ont été les premiers à le remarquer dans Pusher (1996) et Pusher 2 (2004) de Nicolas Winding Refn. «Nicolas n%u2019avait pas froid aux yeux car nous tournions au milieu de dealers en nous sentant constamment menacés», raconte Mikkelsen. Une certaine scène de masturbation reste gravée dans la mémoire des spectateurs. « J%u2019en suis fier, mais je n%u2019ai pas envie de la revoir » dit-il. Le grand public l%u2019a enfin remarqué en méchant dans Casino Royale, le premier James Bond où Daniel Craig adoptait le matricule de 007. «Mads a tiré ma performance vers le haut, confiait alors l%u2019acteur britannique à 20 Minutes. On n%u2019a pas fini d%u2019entendre parler de lui.» La prédiction de Craig s%u2019est réalisée. Après avoir incarné Le guerrier silencieux pour l%u2019ami Winding Refn, Mikkelsen obtient le Prix d%u2019interprétation à Cannes en 2012 pour La Chasse de Thomas Vinterberg. «C%u2019était un rôle épuisant tant mentalement que physiquement, dit-il de ce personnage d%u2019enseignant soupçonné de pédophilie. Je suis sorti du tournage vidé.»

 Le défi Michael Kohlhaas

 Sa belle gueule et sa belle prestance ont fait des étincelles dans Coco Chanel et Igor Stravinsky (2009) et A Royal Affair (2012) de Nikolaj Arcel. Il est même passé par la case nanard pour Le choc des Titans (2010) et Les trois mousquetaires (2011). «Pourquoi me priver d%u2019expériences amusantes ? Le métier d%u2019acteur, c%u2019est aussi de jouer parfois au cowboys et aux indiens !» Les projets qui le motivent à fond sont d%u2019un autre ordre comme After the Wedding (2007) de Susanne Bier ou Michael Kohlhaas d%u2019Arnaud de Pallières qui l%u2019a reconduit à Cannes cette année. «Il y a beaucoup de moi dans ce personnage qui va lutter contre l%u2019injustice au point de tout perdre pour prouver qu%u2019il a raison. Je n%u2019agirais pas comme lui, mais je peux comprendre sa détermination.» Mikkelsen a tourné en France et en français cette fresque minimaliste aux images sublimes. «Cela m%u2019a changé d%u2019Hannibal Lecter», plaisante le comédien qui incarne le tueur psychopathe dans la série télévisée dont la deuxième saison vient d%u2019être confirmée.