Un film perdu d’Orson Welles retrouvé en Italie

CINEMA «Too Much Johnson», un film muet d'Orson Welles, a été retrouvé en Italie. Il est en cours de restauration aux Etats-Unis...

Anne Demoulin, avec AFP.

— 

Le cinéaste américain Orson Welles préside la cérémonie des Césars à la salle Pleyel, le 27 février 1982, à Paris.
Le cinéaste américain Orson Welles préside la cérémonie des Césars à la salle Pleyel, le 27 février 1982, à Paris. — PIERRE GUILLAUD / AFP

Un trésor de l’histoire du cinéma retrouvé et restauré. Un film muet inédit réalisé par Orson Welles en 1938, et dont on avait perdu la trace, a été retrouvé en Italie et est en cours de restauration aux Etats-Unis, a annoncé mercredi le musée George Eastman House.

La découverte de la bobine

Jusqu'à sa découverte, le monde du cinéma pensait que Too Much Johnson avait péri dans l'incendie de la maison du réalisateur de Citizen Kane près de Madrid en 1970.

Too Much Johnson a été retrouvé dans un entrepôt par des employés de Cinemazero, un centre culturel de Pordenone, dans le Frioule-Vénétie julienne, au nord-est de l'Italie, puis transmis à la cinémathèque du Frioul avant d'être remis au musée George Eastman House, au nord de l'Etat de New York, pour y être restauré.

Une pièce de théâtre burlesque

Le film intitulé Too Much Johnson était initialement destiné à être utilisé dans le cadre de l’adaptation à la scène de la pièce de théâtre burlesque éponyme de William Gillette datant de 1894. Le Théâtre Mercury avait prévu de projeter trois courts-métrages comme prologue à chaque acte.

Joseph Cotten y tient le rôle principal, Orson Welles et son épouse Virginia Nicholson y participent également. La première de la pièce fut présentée le 16 août 1938, mais sans projection finalement. Ce fut un flop.

Une première projection en Italie

Orson Welles, décédé en 1985, ne l'a jamais terminé et les bobines sont restées inexploitées, explique le musée du cinéma et de la photo dans un communiqué.

Le film doit être projeté pour la première fois le 9 octobre dans le cadre de la Journée du cinéma muet à Pordenone, puis le 16 octobre à la George Eastman House.

«C'est, et de loin, le travail de restauration le plus important que la George Eastman House ait entrepris depuis très longtemps», a expliqué Paolo Cherchi Usai, en charge du projet, dans un communiqué. «Tenir dans ses mains la même bobine qu’Orson Welles a personnellement monté il y a soixante-quinze ans provoque une émotion tout juste impossible à décrire», a-t-il confié.