Gérard Depardieu revient à Paris le temps d'un tournage

A.G. avec AFP

— 

 Exck-lusive photo shoot of legendary French actor Gerard Depardieu posing at his hotel Particulier in Paris, FRANCE - 06/09/2012/Credit:REVELLI-BEAUMONT/SIPA/1210241514
 Exck-lusive photo shoot of legendary French actor Gerard Depardieu posing at his hotel Particulier in Paris, FRANCE - 06/09/2012/Credit:REVELLI-BEAUMONT/SIPA/1210241514 — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Russe depuis janvier, Gérard Depardieu tourne pour la première fois depuis longtemps à Paris, un film sur l'histoire du Mondial de football. Il assure dans un entretien à l'AFP ne pas fuir le fisc «mais l'utilisation que font les gouvernements de l'argent qu'ils prennent».

Dans ce film de «18 millions de dollars», réalisé par Frédéric Auburtin (Un pont entre deux rives, Envoyés très spéciaux) et dont le titre n'est pas connu, le monstre sacré du cinéma français incarne Jules Rimet, le créateur de la Coupe du monde et fondateur en 1897 du Red Star, club de football légendaire basé à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

«En 15 ans je n'ai peut-être passé que cinq mois en France» 

«C'est la première fois que je tourne à nouveau en France. J'ai refusé tous les films français car les gens ne pouvaient pas comprendre. Je suis Russe et résident belge. J'habite en Russie, où j'ai passé trois mois et demi. J'ai des sociétés dans les pays où je vis car c'est plus avantageux», explique posément l'acteur, joint par téléphone.

«En 15 ans je n'ai peut-être passé que cinq mois en France. Depuis décembre 2012, un mois et demi. Je retourne au Kazahkstan où je tourne, puis en Belgique et en Italie. Je ne fuis pas le fisc mais l'utilisation que font les gouvernements de l'argent qu'ils prennent», ajoute-t-il, refusant de s'appesantir sur la polémique autour de son exil et les raisons qui l'ont poussé à quitter la France.

«La rentrée va être chaude» 

«Je pense que la rentrée va être chaude et je pense qu'en 2014, ça va être bien pire en France, contrairement à ce qui a été annoncé», prédit-il au passage.

C'est sa passion première, le cinéma, qui le ramène à Paris pour un tournage d'une vingtaine de jours, notamment dans des studios en banlieue parisienne. Il s'en réjouit et cela s'entend. «Il est en pleine forme et a cessé tous les excès», commente un proche.

Casting international

Le comédien de 64 ans tourne, «en anglais» aux côtés d'un «casting international», anglais, australien et américain, qu'il connaît déjà en partie, dit-il sans en révéler tous les détails.

Dans le film, où il dit «ne jouer que la partie française», Gérard Depardieu tourne notamment aux côtés de l'acteur britannique Tim Roth (Reservoir Dog, Pulp Fiction, Little Odessa, La planète des singes) avec lequel il avait déjà joué dans Vatel de Roland Joffé en 2000.

«C'est un film qui a été projeté il y a très longtemps et qui a été difficile à monter. C'est toute l'histoire du football racontée par quatre hommes d'une puissance terrible», dont le Français Jules Rimet, fondateur de la fédération internationale de football, explique-t-il.

Sortie prévue pour le mondial brésilien de 2014

De la création de la FIFA, en 1904, aux délégations réunies à son premier congrès, en passant par les «Anglais qui croient qu'ils ont inventé les règles du football» et le fameux Rimet «organisateur des premières coupes du monde tous les quatre ans et qui a traversé les deux guerres», l'acteur laisse entrevoir une vaste saga épique aux millions de fans potentiels.

Le tournage est prévu également au Brésil, en Suisse, à Zurich, ou encore en Espagne. Le film, «co-écrit avec un journaliste», selon Gérard Depardieu, devrait sortir pour le Mondial brésilien en 2014.