«Les Reines du ring» se la jouent à l'anglaise

CINEMA Les catcheuses des «Reines du ring» n'emportent pas le morceau malgré le talent des comédiennes...

Caroline Vié

— 

 «Les Reines du ring» de Jean-Marc Rudnicki, avec Marilou Berry et Nathalie Baye.
 «Les Reines du ring» de Jean-Marc Rudnicki, avec Marilou Berry et Nathalie Baye. — Warner Bros

Les reines du ring fait partie de ces films qu’on aurait aimé aimer. Tout ce qui fait le charme des comédies anglaises dites «sociales» comme The Full Monty et Les Choristes est réuni dans cette chronique sur des caissières s’improvisant catcheuses dans le Nord de la France. Et pourtant, ça ne passe pas...

Que d'archétypes!

A peine sortie de prison, Marilou Berry, décide de devenir une terreur du catch pour impressionner son jeune fils et elle parvient à entraîner ses copines de supermarché dans l’aventure. Affublées de costumes pour le moins improbables, nos amazones de Roubaix (Nathalie Baye, Audrey Fleurot, Corinne Masiero) mettent du cœur à l’ouvrage. Le spectateur reste sur le bord du ring, tant le scénario multiplie les archétypes saupoudrés aux bons sentiments. Faire aussi mou avec un sujet et des comédiennes pareils mériterait une bonne fessée de la part des catcheuses du film.