«Before Midnight», une petite musique tendrement nostalgique

CINEMA Julie Delpy et Ethan Hawke se retrouvent pour la troisième fois dans «Before Midnight», petit bijou de sensibilité...

Caroline Vié

— 

Before midnight
Before midnight — Diaphana

Ils se sont rencontrés à Vienne dans Before Sunrise (1995) puis retrouvés à Paris pour Before Sunset (2005), Julie Delpy et Ethan Hawke, couple fictif et amis à la ville,  nous donnent rendez-vous en Grèce sous la direction de Richard Linklater et la magie opère de nouveau dans Before Midnight...

Ces deux-là, on les aime comme de vieux potes qu’on ne voit pas souvent mais qu’on retrouve comme si on ne les avait jamais quittés.

Un couple au fil du temps

Nos tourtereaux ont pris de la bouteille au fil des années. Parents de jumelles, ils sont établis et apparemment heureux. Une nuit en tête à tête dans un hôtel paradisiaque fait voler en éclat cette perfection artificielle. Ce qui aurait dû être un rendez-vous amoureux tourne au règlement de comptes dans un décor paradisiaque.

On pense à Antoine Doinel que suivit François Truffaut des Quatre Cents Coups (1959) à L’amour en fuite (1979) dans cette trilogie. Richard Linklater et ses acteurs ont bossé à six mains pour donner vie à ces personnages dont on suit l’évolution depuis près de vingt ans.

L’heure du romantisme échevelé est passée pour nos deux héros confrontés à leurs espoirs déçus et à leurs peurs le temps d’un face-à-face poignant. La complicité du trio comédiens-réalisateur est éclatante dans la façon dont Linklater filme ses interprètes au plus près comme saisir chaque parcelle de leurs émotions.

Julie Delpy et Ethan Hawke, en confiance, se donnent à fond au fil de six scènes brillantes explorant la vie à deux d’un homme et d’une femme d’aujourd’hui. Il y a des sentiments vrais et du beau cinéma dans Before Midnight, deux éléments communiquant une envie profonde de retrouver Julie, Ethan et Richard dans dix ans pour un nouveau bilan…

 

En guerre contre les portables

Julie Delpy et Ethan Hawk se sont bien amusés à s’auto-parodier dans Don’t Talk («Ne parlez pas»), un clip diffusé dans les salles de cinéma du réseau Alamo Drafthouse! Julie y interrompt soudain le tournage d’une scène avec son partenaire pour s’en prendre en français à un spectateur indélicat qui utilise son portable. «Vous n’êtes pas dans votre salon !» est le message des deux acteurs dans cette pub hilarante.