20 Minutes : Actualités et infos en direct
CINEMAFanny Ardant fait l'amour dans «Les Beaux jours»

Fanny Ardant fait l'amour dans «Les Beaux jours»

CINEMAFanny Ardant, sexagénaire récemment retraitée, vit une passion physique et assumée dans «Les Beaux jours» de Marion Vernoux...
Laurent Lafitte et Fanny Ardant, amants dans «Les Beaux jours».
Laurent Lafitte et Fanny Ardant, amants dans «Les Beaux jours». - Le Pacte
Caroline Vié

Caroline Vié

On craque pour le couple que forment Fanny Ardant et Laurent Lafitte dans Les Beaux jours de Marion Vernoux! Elle, c’est Caroline, dentiste, sexagénaire qui ne sait pas quoi faire de sa retraite toute récente. Lui, c’est Julien, animateur informaticien dans un centre pour séniors et hommes à femmes impénitent. Ces deux-là vont se sauter dessus avec une ardeur de gamins découvrant leurs premières galipettes et vivre une passion physique qui leur fait un bien fou au corps et à l’âme!

Délicat, mais sans tabou

Marion Vernoux porte à l’écran Une jeune fille aux cheveux blancs de Fanny Chesnel (Albin Michel) et signe une comédie tonique qui est aussi une belle histoire d’amour. La rencontre de ces deux êtres résolus à profiter à 400% de leur bonheur donne de grands coups de pied dans la morosité ambiante. Sans jamais sombrer dans le scabreux, la réalisatrice de Rien à faire parle du plaisir avec une délicatesse qui exclut la vulgarité et fait un pied de nez aux tabous. Son héroïne n’est pas une cougar, mais une femme mûre qui assume son appétit pour un amant, certes plus jeune, mais aussi gourmand qu’elle de plaisirs charnels. Fanny Ardant, blonde lumineuse à la voix sensuelle, est éblouissante de sensualité face à Laurent Lafitte qui révèle un incroyable potentiel de séduction. Si leur duo est parfait, on est aussi touché par la performance de Patrick Chesnais, jamais ridicule en mari bafoué et digne. Ce tableau d’un troisième âge dynamique, rendu encore plus sensible par la présence de seconds rôles bien croqués, vibre d’une joie de vivre si communicative qu’on sort dans la salle en se sentant l’envie de mordre dans l’existence à belles dents.