Jean-Hugues Anglade voit double dans «L'autre vie de Richard Kemp»

CINEMA Ce polar ingénieux marque le retour sur grand écran de Jean-Hugues Anglade étonnant dans un double rôle...

Caroline Vié

— 

Jean Hugues Anglade à La Rochelle, septembre 2009
Jean Hugues Anglade à La Rochelle, septembre 2009 — SIPA

Jean-Hugues Anglade se retrouve nez à nez avec une version plus jeune de lui-même dans L’Autre Vie de Richard Kemp de Germinal Alavarez, mais il n’est pas le seul acteur à avoir incarné plusieurs personnages dans un même film. Voici quelques exemples triés sur le volet.

Le plus futuriste : Bruce Willis

Dans Looper (2012) de Rian Johnson, notre redresseur de torts doit liquider son vieux double avant qu’il ne pourrisse le futur. Tout ça en évitant de se faire trouer la peau et en fuyant des méchants.

 Le plus fort : Alec Guinness

Dans Noblesse oblige (1949), classique de l’humour noir de Robert Hamer, cet incroyable comédien incarne huit membres de sa famille. Beaucoup imité, ce précurseur est toujours aussi impressionnant.

 Le plus délicieusement pervers : Jeremy Irons

Dans Faux-semblants (1988) de David Cronenberg, Jeremy Irons distille un charme vénéneux dans la peau d’un gynécologue et son jumeau furieusement agités du scalpel.

 Le plus attachant : Michael J. Fox

Dans Retour vers le futur 3 (1990) de Robert Zemeckis, le craquant Michael retrouve le rôle de Marty McFly et son aïeul Seamus auquel il se présente sous le nom de… Clint Eastwood.

 Le plus drôle : Peter Sellers

Dans Docteur Folamour (1964), Peter Sellers est irrésistible dans cette comédie grinçante où il campe trois personnages avec un talent incroyable et un sens de l’humour indémodable.

Les plus intrigants Laurence Olivier et Michael Caine

Dans Le Limier (1972) de Joseph L. Mankiewicz, le duo se transforme de façon ahurissante mais on n’en dira pas plus pour ne pas gâter le plaisir des petits veinards qui ne connaissent pas le film.

Deux Jean-Hughes Anglade pour le prix d’un

Anglade porte L’autre vie de Richard Kemp avec autant d’enthousiasme que de talent. Sur la piste d’un tueur en série, ce policier déterminé se retrouve projeté dans les années 80 et doit soudain faire face à un nouvel ennemi : lui-même en version juvénile. Sa performance est pour beaucoup dans la réussite de ce premier film malin permettant de découvrir un jeune réalisateur prometteur : Germinal Alvarez.