Retour sur la Palme d'or: «La Vie d'Adèle» n'a pas fait l'unanimité du jury

CANNES À 17h dimanche soir, «Le Passé» d'Asghar Farhadi était encore donné Palme d'or... Il a fallu un ultime renversement pour que le film d'Abdellatif Kechiche soit finalement couronné...

Stéphane Leblanc

— 

Le jury du Festival de Cannes 2013, présidé par Steven Spielberg.
Le jury du Festival de Cannes 2013, présidé par Steven Spielberg. — AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Dimanche, à l'issue de la cérémonie de clôture, Steven Spielberg a assuré la presse d'un consensus et d'une unanimité dans le jury sur «au moins pour trois films». La Vie d'Adèle n'en faisait pas partie. Le film a globalement beaucoup plu, du moins fortement impressionné, mais les jurés étaient partagés sur le prix à lui remettre. Interprétation pour Adèle et/ou Léa? Mise en scène pour Kechiche? La solution de la palme ne s'est décidée qu'en toute fin de délibération.

Selon nos sources, le consensus pour la palme s'était d'abord formé autour du film d'Asghar Farhadi. À 17h, Le Passé était couronné d'or. L'administration du festival a même convoqué toute l'équipe du film au pieds des marches afin qu'elle soit au complet pour célébrer l'événement. 

On comprend mieux dès lors la surprise de Bérenice Bejo en entendant Steven Spielberg prononcer son nom pour le prix d'interprétation... Stupéfaction, car le réglementaire est formel: ce Prix d'interprétation annulait d'un coup tout espoir de palme pour Le Passé.

Tout s'est joué dans les dernières minutes

Alors, que s'est il passé? Dans les dernières minutes de délibération, deux des jurés, Cristian Mungiu et Lynne Ramsay, sont parvenus à renverser le consensus évoqué par Steven Spielberg. 

Jusqu'au bout, ce dernier a défendu Le Passé. Mais les autres jurés ont fini par plébisciter La Vie d'Adèle. Et le président du jury, dans un geste exemplaire de démocratie, s'est incliné face à sa majorité.