Festival de Cannes: Et si on essayait de deviner le Palmarès?

CANNES Maintenant que nous avons vu tous les films, nous nous sommes imaginés ce que vont faire les jurés. Rendez-vous dimanche soir à 19h sur Canal+ (en clair), pour découvrir le vrai palmarès...

Caroline Vié

— 

Léa Seydoux (à droite) dans La Vie d'Adèle, d'Abellatif Kéchiche
Léa Seydoux (à droite) dans La Vie d'Adèle, d'Abellatif Kéchiche — Wild Bunch distribution

Après avoir imaginé le Palmarès du 66èmeFestival de Cannes avant d’avoir vu les films, 20 Minutes se lance dans le jeu des pronostics après avoir dégusté cet excellent cru 2013. Tentons de nous de nous glisser dans les têtes de Steven Spielberg et de ses jurés. Les véritables résultats seront divulgués ce dimanche soir à partir de 19 heures, en clair sur Canal+ [On vous attend sur 20minutes.fr pour suivre la cérémonie en live comme-à-la-maison]. 

Palme d’or: La vie d’Adèle Chapitre 1 et 2

Le film d’Abdellatif Kechiche est sans conteste LE choc du festival. Cette chronique sensuelle et sensible suit, sur plusieurs années, l’itinéraire d’une jeune lesbienne et son histoire d’amour avec une artiste-peintre. C’est tout bonnement bouleversant. Mais M. Spielberg pourrait bien être choqué par les scènes de sexe très explicites.

Grand prix du Jury: La Grande Bellezza

C’était une Palme d’or envisageable avant la projection du Kechiche. Ce portrait brillant d’un mondain romain (Toni Servillo) est vertigineux et virtuose. Il pourrait obtenir la récompense suprême si le jury juge La vie d’Adèle trop sulfureux.

Prix de la mise en scène: Michael Kohlhaas

Le film très beau et très lent d’Arnaud des Pallières est spectaculaire. Le jury ne se montrera peut-être pas insensible à l’ampleur de la réalisation et à la beauté des images (surtout s’il n’a pas piqué un petit roupillon pendant la projection).

Prix du scénario: Jim Jarmusch pour Only Lovers Left Alive

Cette histoire de vampires brillante et sophistiquée est à la fois suffisamment américaine et assez européenne pour séduire le jury. La magie Jarmusch et son humour constant sont des atouts non négligeables. De plus, Steven Spielberg aime les films fantastiques.

Prix d’interprétation féminine: Emmanuelle Seigner pour La vénus à la fourrure

Si La vie d’Adèle remporte la Palme, il sera interdit au jury de récompenser aussi ses formidables héroïnes, Léa Seydoux et la petite nouvelle Adèle Exarchopoulos, pourtant exceptionnelles. Mr. President pourrait alors craquer pour Emmanuelle Seigner dans La Vénus à la fourrure de Roman Polanski. Voir une actrice bombasse en porte-jarretelles malmener un metteur en scène a de quoi l'émoustiller. Projection quand tu nous tiens...

Prix d’interprétation masculine: Michael Douglas pour Ma vie avec Liberace

Il serait dommage de passer à côté de la performance de Michael Douglas dans le film de Steven Soderbergh. Il trouve son meilleur rôle en muscien gay flamboyant. Partager le prix en deux avec Matt Damon, son partenaire, serait aussi judicieux. Surtout que ces messieurs n'auront pas droit aux Oscars, le film passant directement à la télévision aux Etats-Unis.