Le grand retour de Samy Naceri dans «Tip-Top»

Caroline Vié

— 

Samy Naceri qui a reçu en 2006 avec ses partenaires du film "Indigènes" le Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes a déjà été plusieurs fois condamné écopant ainsi de dix mois ferme en septembre 2007 pour l'agression d'un styliste dans un restaurant de la porte d'Auteuil à Paris (XVIe) en 2005.
Samy Naceri qui a reçu en 2006 avec ses partenaires du film "Indigènes" le Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes a déjà été plusieurs fois condamné écopant ainsi de dix mois ferme en septembre 2007 pour l'agression d'un styliste dans un restaurant de la porte d'Auteuil à Paris (XVIe) en 2005. — Pascal Guyot AFP/Archives

Samy Naceri est de retour à Cannes sept ans après Indigènes et des soucis judiciaires qui l’ont fait passer par la case prison. Le quinquagénaire aux yeux bleus et aux cheveux grisonnants est venu défendre les couleurs de Tip-top,le nouveau film de Serge Bozon présenté à la Quinzaine des réalisateurs. «Serge a pensé à moi pour le rôle, mais il pensait que j’étais encore…» Samy fait le geste d’être menotté.

«Je venais juste de sortir quand il m’a proposé le rôle.» Le personnage qu’il incarne est plutôt croquignolet. Il s’agit du mari d’une commissaire incarnée par Isabelle Huppert qui vit avec elle une relation passionnelle basée sur l’échange de coups plutôt violent. «Bien sûr,tout était chorégraphié car nous avons longuement répété avec un cascadeur. Je n’ai bien évidemment jamais fait mal à Isabelle,» insiste Nacery.

Prudence et détermination

Cette scène tordante dans un film farfelu marque la reconnaissance du comédien dans le cadre d’un cinéma d’auteur réjouissant. «Je suis enchanté qu’on pense encore à moi.En revenant sur le plateau, je me suis rendu compte que j’avais encore ce métier dans les tripes car je me suis immédiatement senti à l’aise.»

L’acteur reste cependant prudent à Cannes. «Je ne sors pas, j’évite les bars et je fais attention à ne pas me mettre en position d’avoir des ennuis,» dit-il. Naceri va profiter du Festival pour rencontrer de producteurs russes puis enchaîner sur Voyage sans retour de Charles Gérard.. «On me reconnaît encore dans la rue et je suis heureux de voir qu’on ne m’a pas oublié. Maintenant, ce sont des gamins d’une dizaine d’années qui viennent me parler de Taxi.» Le comédien semble aujourd’hui résolu à ne plus faire parler de lui que pour son travail.