Tout ce que vous devez savoir sur «Tel père, tel fils» de Hirokazu Kore-Eda

CANNES Hirokazu Kore-Eda Chaque jour, «20 Minutes» vous propose de réviser en fiches les films en Compétition sur la Croisette. Aujourd'hui «Tel père, Tel fils» d'Hirokazu Kore-Eda

Caroline Vié

— 

Sélection officielle du festival de Cannes 2013: Tel père, tel fils de Hirokazu Kore-Eda
Sélection officielle du festival de Cannes 2013: Tel père, tel fils de Hirokazu Kore-Eda — FESTIVAL DE CANNES

Vous n'avez pas vu «Tel père, tel fils» de Hirokazu Kore-Eda, en compétition à Cannes ? 20 minutes vous le met en fiche.

Si le film m’était conté...

Un architecte japonais obsédé par son travail ne consacre que peu de temps à sa femme et à son fils de six ans. Il apprend soudain que l’enfant n’est pas le sien, deux bébés ayant été échangés à la maternité. Son fils biologique a été élevé par une famille moins riche et moins coincée.

Si sa sélection m’était expliquée…

Hirokazu Kore-eda est l’un des cinéastes emblématiques du Japon actuel. C’est une valeur sûre qui a été révélée au Festival de Venise avec Maroboshi (1995). Il a fait ses débuts à Cannes avec Distance (2001) puis est revenu en compétition avec Noboby Knows (2004) qui a valu un prix d’interprétation au jeune Yagira Yuya. Le succès international de I wish –nos vœux secrets l’a confirmé comme un cinéaste avec lequel il faut compter.

Si on m’avait dit…

Le réalisateur a un enfant de cinq ans comme le protagoniste de son film. Il avait envie d’évoquer la véritable signification des liens du sang. S’il s’est intéresse à l’histoire de bébés échangés à la naissance dans les années 60, son histoire est fictive. C’est parce qu’il avait envie de travailler avec le comédien Masaharu Fukuyama, star de la chanson devenu un acteur à succès, qu’il s’est lancé dans ce projet. Il désirait lui confier un rôle de père.

Si 20 minutes était juré…

Quel beau film ! Cette version japonaise de La vie est un long fleuve tranquille se révèle une œuvre sensible ainsi qu’une réflexion passionnante sur la filiation et les liens du sang. Une pointe d’humour bienvenue éloigne une oeuvre souvent poignante des écueils du mélodrame. Kore-eda offre un film brillant et tendre qui secoue le spectateur sans le malmener.Tel père, tel fils est une réussite.

Si voulez savoir (et en voir) plus...