Valeria Golino signe le merveilleux «Miele»

CANNES L'actrice Valeria Golino était inquiète à l'idée de présenter «Miele», son premier film en tant que réalisatrice...

Caroline Vié
— 
Valeria Golino à Pietrasanta, en Italie, le 1er mars 2012.
Valeria Golino à Pietrasanta, en Italie, le 1er mars 2012. — PHOTOMICHELA/OLYCOM/SIPA

A peine assise, la question fuse: «Vous trouvez que je suis moche?» Valeria Golino a l’air vraiment inquiète à ce sujet alors que, comme d’habitude, elle est sublime -ce qu’on lui déclare immédiatement. Ce vendredi soir, l’actrice de Respiro d’Emanuele Crialese, présente Miele, son premier film en tant que réalisatrice, à Un certain regard.

«Ce matin, j’ai fait une crise comme je n’en avais jamais fait en tant que comédienne, dit-elle. Je me trouvais hideuse dans tout ce qu’on me proposait et j’ai changé de robe plusieurs fois! J’ai fini par me faire honte et par me calmer», dit-elle.

Un film fort sur un sujet fort

 La réalisatrice peut être légitiment fière de cette œuvre culottée. On y découvre les cas de conscience d’une jeune femme qui se fait payer pour aider des malades à mourir. «C’est un sujet important de nos jours, précise Valeria Golino qui s’inquiète de nouveau: «Dans le film, on comprend bien que je suis pour l’euthanasie?» demande-t-elle. On la rassure. Le message est très clair… «Je suis angoissée mais tellement fière d’être là, dit-elle. Je suis venue avec toute mon équipe car le cinéma ne se fait pas toute seule. Ce soir, les Italiens vont envahir la Croisette!».

L'actrice principale, la ravissante et talentueuse Jasmine Trinca fera sans doute sensation. Miele est sorti en Italie il y a deux semaines et a été acclamé par la critique. «Cannes me donne un peu mon brevet de cinéaste», déclare Valeria Golino qui concourt pour la Caméra d’or. Le bouleversant Miele sera dans les salles françaises le 25 septembre prochain.