A Cannes, Tahar Rahim vit «Le Passé» au présent

CANNES L'acteur d'«Un prophète» est de retour sur la Croisette avec deux films: «Le Passé» et «Grand Central»...

Caroline Vié

— 

Tahar Rahim dans le film "Un Prophète" de Jacques Audiard
Tahar Rahim dans le film "Un Prophète" de Jacques Audiard — Roger Arpajou

Dire que Tahar Rahim est un homme heureux est en-dessous de la vérité. A quelques heures de présenter Le passé de Asghar Farhadi en compétition et Grand Central de Rebecca Zlotowski à Un certain regard, le comédien était rayonnant. Il faut dire que jusqu’ici, Cannes lui a porté bonheur. Il y a été découvert dans Un prophète de Jacques Audiard puis est revenu l’an dernier avec A perdre la raison de Joaquim Lafosse. «Le festival m’a beaucoup donné. La première fois, pour Un prophète était comme toutes les premières fois. Aujourd’hui, je ne suis plus vierge mais je prend encore beaucoup de plaisir !»

Star montante, de marches en marches

Tahar Rahim est passé d’inconnu prometteur à star confirmée.«Après Un Prophète, je me sentais coupable que tout arrive si vite. J’avais tellement peur de prendre la grosse tête que j’avais l’impression de ne pas être légitime. Aujourd’hui, après une dizaine de films, je suis plus à mon aise.» Le comédien a beaucoup mûri en quelques années. «J’ai compris que le cinéma est comme la vie et qu’il faut apprécier les bonnes choses et essayer de tirer un enseignement des mauvaises.»

Des envies de comédie

Parmi les bonnes choses, Tahar Rahim cite le festival de Cannes. «C’est très important d’être ici pour la carrière d’un film quelle que soit la section où il est projeté même si rien n’est aussi fort que la Compétition qui offre une exposition unique.» Après nous avoir bouleversé dans tant de films, le comédien rêve maintenant de comédie. «J’aimerais savoir si je suis capable de faire rire les gens».