L'acteur et réalisateur Artus de Penguern est mort

Annabelle Laurent

— 

Artus de Penguern, le 23 juin 2012 
Artus de Penguern, le 23 juin 2012  — ALAIN ROBERT/APERCU/SIPA

Selon nos informations, l’acteur et réalisateur Artus de Penguern est décédé mercredi 15 mai à l’âge de 56 ans, des suites d'un AVC. 

Sur Twitter, les hommages se multiplient ce mercredi matin. «C’est avec beaucoup de tristesse que nous apprenons ce matin le décès d’Artus de Penguern, artiste touche à tout, fan absolu de Charlie Chaplin», «un acteur, poète, grand rêveur, personnalité décalée, attachante, aux allures de grand timide, dont on retiendra ses nombreuses mimiques», «une immense perte pour le cinéma Français et le départ, beaucoup trop de jeune de quelqu’un de bien», écrit de son côté la rédaction du site d’actualité du cinéma Destination Ciné.

Ecrivain, scénariste, l’acteur, dont le créneau était l’humour, souvent noir, a multiplié les rôles, à partir de Prends ton passe-montagne, on va à la plage, en 1982, jouant notamment sous la direction de Maurice Pialat et Philip Kaufman.

«Grégoire Moulin contre l’humanité», «La clinique de l’amour»

En 1995, il se lance dans la réalisation, avec son premier court-métrage, Le Homard, en 1995, reflet de son goût pour l’humour burlesque.

Il en réalise plusieurs jusqu’au tournant de 2001, où il réalise son premier long-métrage, Grégoire Moulin contre l’humanité.  La même année, il se fait connaître du grand public pour son rôle de l'écrivain raté Hipolito dans Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, celui qui écrit «Sans toi, les émotions d'aujourd'hui ne seraient que la peau morte des émotions d'autrefois». 

Artus de Penguern était un habitué des comédies. En 2007, il avait joué dans Agathe Cléry d’Etienne Chatiliez, et en 2008 dans Fool Moon de Jérôme L’Hotsky.

En juin 2012, dans son deuxième long-métrage en tant que réalisateur, La clinique de l’amour, il «faisait passer les sitcoms médicales à la moulinette de son humour de geek et offrait un grand moment de fantaisie sans ordonnance», jugeait alors la critique ciné de 20 Minutes Caroline Vié.

Artus de Penguern était également à l’affiche de La Fleur de l’âge, comédie de Nick Quinn sortie sur les écrans le 1er mai dernier.