Terence Stamp, gentleman acteur et chanteur dans le film «Song for Marion»

CINEMA Terence Stamp partage la vedette de «Song for Marion» avec Vanessa Redgrave et Gemma Aterton, deux grandes comédiennes britanniques...

Propos recueillis par Caroline Vié

— 

CINEMA - SONG FOR MARION
Terence Stamp
CINEMA - SONG FOR MARION Terence Stamp — Ascot Elite Filmverleih

Dans A song for Marion de Paul Andrew Williams, Terence Stamp incarne un vieux monsieur bourru qui retrouve goût à la grâce à un chorale pour troisième âge. Dans la vie, l’acteur de 73 printemps est un monsieur délicieux qui n’a caché ni son amour pour le cinéma, ni son enthousiasme pour ce film tout en tendresse en se confiant à 20 minutes.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans cette histoire ?

Ce scénario était écrit avec beaucoup de cœur par un jeune réalisateur bourré de talent. Il me donnait l’occasion de travailler avec des actrices sublimes, Vanessa Redgrave et Gemma Aterton. Le sujet est très touchant : tout le monde peut se reconnaître dans ces personnages.

De qui vous êtes-vous inspiré pour construire votre personnage ?

De mon père ! C’était un homme très renfermé qui a mené un vie dure et que j’ai mal connu. J’ai essayé de retrouver sa dignité naturelle et la façon dont il ne parvenait pas à partager ses émotions. Ce rôle est une façon de lui rendre hommage.

Vous y poussez la chansonnette comme dans Priscilla, folle du désert

J’étais doublé pour le chant dans Priscilla, mais je m’y suis amusé comme un petit fou. Ce film a redonné du tonus à ma carrière. Beaucoup de gens ont alors pensé que j’étais gay. C’est faux mais je considérais cela comme un compliment.

Est-ce en raison de votre partipation au Théorème de Pier Paolo Pasolini que vous êtes devenu une icône gay ?

C’était mon physique qui intéressait Pasolini alors que pour ma part, j’étais davantage attiré par ma partenaire Silvana Mangano. Pasoloni m’a juste dit qu’il voulait que je joue un jeune homme vénéneux puis il ne m’a plus adressé la parole de tout le tournage !

Comment avez-vous vécu vos expériences sur Superman et Star Wars: Episode 1, deux classiques de la science-fiction ?

Le premier est un merveilleux souvenir car j’ai pu rencontrer Marlon Brando, l’une de mes idoles. Le second, nettement moins : j’avais accepté ce petit rôle pour pouvoir travailler avec Natalie Portman et je me suis retrouvé face à une photo d’elle pendant toutes les scènes !

Votre métier d'acteur vous procure toujours autant de plaisir ?

Oui car j'aime donner vie à des personnages exceptionnels. Arthur dans Song for Marion est un véritable héros sous son air de monsieur tout le monde.