«U», conte pour petites et grandes licornes

©2006 20 minutes

— 

L'animation française se porte bien. Pour preuve ce conte aux images chatoyantes sur une amitié fabuleuse entre une princesse esseulée, Mona, et une adorable licorne baptisée «U». C'est sa fascination d'enfant pour la tapisserie La Dame à la licorne qui a inspiré à Grégoire Solotareff ce conte sur les changements que provoque l'adolescence. « A travers la licorne, symbole de la protection de la jeune fille, j'ai eu envie de raconter une histoire de séparation au moment de la rencontre de l'amour », explique le romancier. Une bande de saltimbanques vient semer le trouble entre les deux amies auxquelles Isild Le Besco et Vahina Gociante prêtent leurs voix sur fond de mélodies tsiganes écrites par Sanseverino. La beauté sobre des dessins, réalisés au « feutre-pinceau » afin de préserver la simplicité du trait, tranche agréablement avec le foisonnement des films d'animation actuels. « Les moyens numériques devaient rester discrètement au service d'un travail artisanal », précise le réalisateur Serge Elisalde. U, fable que ses deux auteurs définissent comme « un drame psychologique pour enfants », séduit par sa forme épurée comme par son humour tendre, propre à toucher aussi bien les plus jeunes, à partir de 3 ans, que leurs parents.

Caroline Vié