Stephenie Meyer de nouveau au cinéma

caroline Vié

— 

Saoirse Ronan et Jake Abel face à une invasion extraterreste insidieuse.
Saoirse Ronan et Jake Abel face à une invasion extraterreste insidieuse. — Gregory Peters/Metropolitan FilmExport

 

Des extraterrestres ayant établi leurs pénates dans le corps des humains et une ado déterminée à ne pas se laisser dévorer par son parasite sont au centre des Ames vagabondes d'Andrew Niccol. A l'origine du projet se trouve un livre de Stephenie Meyer, paru en France chez Lattès. «J'ai écrit Les Ames vagabondes en 2006, en plein cœur du phénomène Twilight. C'était une façon d'échapper au stress», plaisante l'auteur star.

 

 

Retour aux grands mythes

 

 

«Cette histoire de possession extraterrestre a déjà été contée, mais j'ai essayé de la renouveler en partant du principe que les aliens ont gagné la guerre», estime Stephenie Meyer, qui a pensé à L'Invasion des profanateurs de sépultures (Don Siegel, 1956) pour son livre. «Je suis une fan de science-fiction, explique-t-elle. C'est d'ailleurs parce que j'adorais Bienvenue à Gattaca que j'ai tout de suite dit oui quand on m'a proposé de mettre Andrew Niccol aux commandes.» Le réalisateur a parfaitement intégré le mélange de romantisme et de fantastique que la romancière attendait. «L'idée qu'un ennemi puisse prendre l'apparence de la personne que vous aimez me terrifie», avoue-t-elle. Deux entités – l'une humaine, l'autre pas – se disputent le corps de la charmante Saoirse Ronan dont le(s) cœur(s) balance (nt) entre deux garçons. Cette expérience de productrice a donné le goût du cinéma à Stephenie Meyer. «Je ne me vois pas réaliser, mais j'aime le processus du tournage bien qu'il implique davantage de compromis que l'écriture», confie-t-elle. Cette âme bien trempée n'a pas fini d'étonner.