De «Mission: Impossible» à «Oblivion», Tom Cruise, meneur d'hommes

CINEMA Tom Cruise a du nez pour choisir ses réalisateurs...

Caroline Vié

— 

Tom Cruise à Londres, le 12 septembre 2012.
Tom Cruise à Londres, le 12 septembre 2012. — Beretta/Sims / Rex Features / SIPA

A cinquante ans, Tom Cruise semble avoir trouvé la solution pour se maintenir au top. Sa méthode est maintenant parfaitement rodée car la star n’a pas son pareil pour dénicher des réalisateurs peu connu, mais talentueux qu’il aide à s’imposer à Hollywood en s’assurant qu’il le mettront en valeur.

Ce procédé gagnant-gagnant fonctionne parfaitement. «C’est l’agent de Tom qui m’a appelé en me disant qu’il souhaitait me rencontrer parce qu’il avait impressionné par ma bande démo de Tron, l’héritage et qu’il avait entendu parler du scénario d’Oblivion », explique Joseph Kosinski. « Après quelques conversations pour être sûrs que nous avions des envies communes, il a signé.»

L’œil et l’oreille aux aguets

Tom Cruise a ses informateurs: un mélange d’opportunisme et d’admiration préside souvent à ses choix notamment pour les récents Mission: Impossible dont il coporoducteur.«Il est fan de Pixar et des Indestructibles.Il m’a confié y a voir décelé toutes les qualités d’un grand film d’action »,nous a expliqué Brad Bird au moment de Mission : Impossible – Protocole Fantôme. L’acteur a eu du nez: les débuts du maître de l’animation dans le domaine du cinéma en prises de vue réelles ont fait des étincelles. Il a également sorti J.J. Abrams, créateur de Lost,du petit écran pour lui faire tâter du 7e art avec un succès indéniable.

«Tom sait vous valoriser car il connaît vraiment votre travail, a précisé ce dernier à 20 Minutes. C’est un incroyable meneur d’hommes parce qu’il ne joue pas la carte des rapports de force.» Christopher McQuarrie, réalisateur de Jack Reacher, a connu un autre parcours. «J’ai rencontré Tom en étant le scénariste de Walkyrie dont j’étais le scénariste. Nous nous sommes si bien entendus qu’il m’a dit désirer poursuivre notre collaboration.» Si Cruise a la réputation d’être exigeant sur le plateau, il l’est surtout ave lui-même. «Il me demandait de ne rien lui laisser passer, dit Kosinski, d’oublier qu’il est Tom Cruise et de le traiter avec rigueur.» Ce professionnalisme allié à un don indéniable pour repérer les talents explique certainement pour partie comment Tom Cruise semble avoir déniché le secret pour rester indémodable…