«Perfect Mothers»: Une maman pas comme les autres

CINEMA Naomi Watts prend des risques dans «Perfect Mothers»...

Caroline Vié

— 

La Française Anne Fontaine (à g.) dirige Naomi Watts.
La Française Anne Fontaine (à g.) dirige Naomi Watts. — GAUMONT DISTRIBUTION

Avec son physique de blonde sublime, Naomi Watts aurait largement pu se contenter de jouer les potiches, mais ce n'est pas le genre de cette quadra affirmée. «Je n'ai pas choisi ce métier pour m'assoupir», explique-t-elle. Elle est splendide dans Perfect Mothers d'Anne Fontaine Robin Wright et elle, meilleures amies depuis des années, échangent leurs fils de dix-huit printemps: «Ces deux femmes tombent amoureuses de leurs jeunes amants parce qu'elles les connaissent depuis l'enfance. Tout le monde est majeur et consentant.»

Une parfum sulfureux

La comédienne est cependant consciente que le sujet peut choquer. «En France, vous êtes plus ouverts d'esprit, mais aux Etats-Unis, ce genre de relations est mal accepté. J'estime pourtant que ce film n'a rien de graveleux. Il s'agit surtout d'une réflexion sur la peur de vieillir et l'amitié féminine.»

A 44 ans, la comédienne qui a tourné avec Peter Jackson (King Kong, 2005) et Michael Haneke (Funny Games US) avant d'être citée à l'Oscar cette année pour The Impossible a envie de prendre des risques. Elle incarnera la princesse Diana pour l'Allemand Oliver Hirschbiegel et Marilyn Monroe pour l'Australien Andrew Dominic. «A mon âge, il est souvent difficile de trouver du travail à Hollywood. Heureusement que les réalisateurs étrangers ont plus d'imagination!» Surtout pour elle qui aime les films corsés. «Mon dernier choc a été Amour de Michael Haneke: j'ai pleuré d'un bout à l'autre et je rêve que le public ressente des émotions aussi fortes pendant les films dans lesquels je joue.»

C'est sans doute parce que Perfect Mothers est riche en émotions qu'elle s'est laissé séduire, nous entraînant au passage.

Voir la bande-annonce du film: