Romain Duris : «J'ai eu du chemin à faire pour aimer mon personnage »

©2006 20 minutes

— 

"Dans Paris" de Christophe Honoré (France, 1H30) avec Romain Duris, Louis Garrel, Joana Preiss. Christophe Honoré tourne à nouveau avec Romain Duris, qui campait l'ami homosexuel de Béatrice Dalle dans "Dix-sept fois Cécile Cassard", son premier film (2002) et Louis Garrel, qui jouait le fils d'Isabelle Huppert dans "Ma mère" (2004), son film suivant.
"Dans Paris" de Christophe Honoré (France, 1H30) avec Romain Duris, Louis Garrel, Joana Preiss. Christophe Honoré tourne à nouveau avec Romain Duris, qui campait l'ami homosexuel de Béatrice Dalle dans "Dix-sept fois Cécile Cassard", son premier film (2002) et Louis Garrel, qui jouait le fils d'Isabelle Huppert dans "Ma mère" (2004), son film suivant. — AFP

Romain Duris, comédien.

Comment avez-vous abordé les dialogues du film, parfois très littéraires ?

J'ai travaillé comme un paon ! C'est une discipline. C'est vrai que dans ce film, je ne parle pas comme je vous parle... L'idée était de prendre son temps, ce qui allait avec mon personnage de Paul. A partir du moment où l'on instaure ça, tout découle, tout devient naturel...

Aussi naturel que de vous mettre à chanter au téléphone ?!

Christophe Honoré m'avait déjà fait le coup dans 17 fois Cécile Cassard. C'était mon premier jour de tournage avec Béatrice Dalle et je devais chanter Lola ! Je m'étais imprégné de l'univers de Jacques Demy. J'avais adoré ça ! Pendant longtemps c'est ridicule puis tout d'un coup, bam !, ça tient la route. Et on est en confiance. Peut-être parce qu'on est convaincu et que la chanson est très belle... Mais c'est vrai que ça peut ne pas fonctionner du tout. Comme c'est l'histoire d'un mec qui s'ouvre de plus en plus, quand il se met à chanter... c'est comme s'il parvenait enfin à parler.

Contrairement à Louis Garrel qui virevolte et électrise le film, votre personnage est très fermé et souvent mutique. Il était difficile à composer ?

Oui et je crois que je n'aurai pas pu l'interpréter avant. Pour exprimer un mec rempli de quelque chose, mais pas forcement joyeux, il faut le « poser ». Et poser un personnage, ça m'a demandé de l'expérience et du métier. Mais je ne sais pas si ça marche ! Qu'est-ce que les spectateurs reçoivent d'un mec qui n'est pas bien et qui tire la gueule ? Moi-même j'ai eu du chemin à faire pour aimer mon personnage...

Recueilli par Charlotte Lipinska

L'un chante, l'autre pas. L'un galope dans Paris pour rencontrer des filles, l'autre déprime dans sa chambre pour en oublier une... Christophe Honoré surfe sur la Nouvelle Vague avec le portrait croisé de deux frères. Et l'émotion sourde de la mélancolie apparaît sous le vernis hautement fantaisiste.