Gael Garcia Bernal dit No

Caroline Vié
— 

Dans le Chili de 1988, un référendum est organisé pour décider si Augusto Pinochet doit rester ou non à la tête du pays. No de Pablo Larrain répond à cette question avec une belle énergie au travers des aventures de Gael Garcia Bernal, publicitaire engagé pour promouvoir ce point de vue et battre la campagne pour convaincre ses concitoyens. Le réalisateur de Tony Manero (2008) et Santiago 73, Post Mortem (2010) continue d'explorer l'histoire de son pays avec autant de talent que d'acuité. Mêlant images d'archives et fiction, Larrain a retrouvé le grain et le format des documents d'époque pour immerger les spectateurs dans son histoire. L'énergie de son héros et des Chiliens résolus à balayer la dictature emportent ce brûlot dans un flot libertaire galvanisant. Larrain livre ici son film le plus accessible en décrivant comment la pub peut se mettre au service de la démocratie. On dit oui à son No !