«Les Misérables»: Victor Hugo, de la scène à l'écran

FRESQUE «Les Misérables», film «en chanté»...

Caroline Vié

— 

Helena Bonham Carter et Sacha Baron Cohen incarnent les Thénardier.
Helena Bonham Carter et Sacha Baron Cohen incarnent les Thénardier. — UNIVERSAL STUDIO

Comédie musicale mythique dans les pays anglo-saxons, Les Misérables est devenu une fresque signée Tom Hooper (Le Discours d'un roi) qui pourrait faire une belle moisson d'oscars. Retour sur cette superproduction écrite en 1978 par les Français Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg.

Genèse à la française. C'est Robert Hossein qui a mis le spectacle en scène à Paris en 1980, mais le succès n'est venu qu'avec la traduction anglaise. «Je pense que Les Misérables nous survivront, mais ce n'était pas gagné au début des années 1980», explique Alain Boublil.

Si on chantait? Choisir de faire un film pratiquement sans dialogue n'était pas évident. «J'ai demandé conseil à Baz Luhrmann (Moulin Rouge!) et il m'a expliqué que le plus compliqué était de faire accepter l'arrivée des chansons au public. C'est là que j'ai choisi de faire un film entièrement chanté», dit Hooper.

Donner de la voix. Hugh Jackman, Russell Crowe et Anne Hathaway poussent la chansonnette. «On connaissait le talent de chanteur d'Hugh vu sur scène à Broadway et celui d'Anne qui avait repris l'une de nos chansons aux Oscars mais Russell a été une vraie surprise», raconte Schönberg.

Rions un peu. Si les Thénardier ne sont pas à proprement parler des rigolos dans le roman de Victor Hugo, ils sont devenus des comiques dans le musical. «J'ai choisi Sacha Baron Cohen et Helena Bonham Carter, car ce sont les personnes les plus excentriques que je connaisse. Ils apportent une respiration bienvenue», déclare Hooper.

Des émotions extra-larges. Le résultat en met plein la vue et les oreilles. «Mon plaisir consiste à regarder les réactions des spectateurs. Quand je les vois verser une larme ou marmonner les paroles, je jubile», avoue Boublil.