Oliver Stone : «Ce qui compte, c'est l'expérience humaine»

©2006 20 minutes

— 

Interview du réalisateur

Quelle était votre intention en réalisant World Trade Center ?

Rendre tout simplement hommage au courage de ces types qui ont vécu un cauchemar épouvantable. Ils sont restés bloqués pendant des heures, sans espoir, les jambes écrasées sous un amas de ferrailles et de béton. Je voulais que le public souffre avec eux, sans pour autant être rebuté.

Vous n'aviez pas peur qu'il soit un peu trop tôt pour revenir sur ces événements ?

Il n'est jamais trop tôt pour honorer des héros. John McLoughlin et Will Jimeno ont vécu des choses incroyables. Il me semblait important de profiter de leur récit pour apporter un regard frais sur cette tragédie. Je pense que les gens cherchent trop de messages dans mon film : ce qui compte, c'est l'expérience humaine.

Qu'ont-ils pensé de votre adaptation ?

Au début, ils étaient méfiants. Ils se sont détendus quand ils ont vu que nous tenions compte de leurs suggestions. Ils ont parfaitement saisi les contraintes qu'implique la fiction. Concentrer vingt-quatre heures en deux heures nous a obligés à prendre certaines libertés, mais je crois qu'ils sont heureux du résultat. Sinon, ils n'auraient pas assuré la promotion du film avec nous !

Recueilli à Deauville par Caroline Vié