«Ultimo Elvis»: Elvis is not dead (ou presque)

Caroline Vié

— 

John McInerny, c'est le King. Ou tout du moins le sosie un brin ringard d'Ultimo Elvis du Mexicain Armando Bo. «Je l'avais d'abord engagé comme coach pour les chansons, mais il était si touchant que j'ai fini par lui donner le rôle pricipal du film», raconte Bo. Le scénariste du Biutiful d'Alejandro González Iñárritu fait ses débuts comme réalisateur en dirigeant le comédien non professionnel, fan de Presley dans le civil. «Nous nous sommes épaulés pour créer ce personnages qui vit par procuration au point d'en oublier sa propre vie», explique McInerny, colosse souriant qui a interprété les chansons en direct. Ce film sensible repose sur ses larges épaules et on tombe sous le charme.

Voir la bande-annonce d'Ultimo Elvis: