Jonathan Demme, toujours rock and roll

— 

no credit

Le réalisateur du Silence des Agneaux avait déjà signé un superbe concert filmé avec Stop Making Sense où les Talking Heads interprétaient leurs plus grands succès. « Ce film m’a appris qu’il n’était pas indispensable de montrer le public, qu’en restant centré sur les musiciens, on donnait au spectateur l’impression qu’il assiste réellement au concert, » a-t-il expliqué lors de sa visite à Deauville. Le réalisateur avait sympathisé avec le musicien lorsque ce dernier a écrit une chanson pour Philadelphia. C’est donc tout naturellement qu’est venue l’idée de Heart of Gold (qui sortira en salles le 27 septembre), une façon de revenir sur la carrière de Young. « Neil ne considère pas mon film comme un testament, il le voit davantage comme une résurrection. » Young a, en effet, subi une opération lourde peu de temps avant ce concert filmé en 2005. « Neil Young est capable de penser cinéma tout autant que musique. Il a donc été emballé par mon approche de le laisser s’exprimer uniquement en chansons. » Demme n’a tourné que deux jours , orchestrant son montage autour de gros plans du chanteur pour lui rendre un hommage bouleversant. «Quand il chante une chanson écrite pour sa fille, je suis bouleversé. J’avoue que je me suis retrouvé en larmes en regardant mon propre film ! ». Avant de repasser à la fiction au printemps, Jonathan Demme travaille en ce moment sur deux documentaires, le premier sur les rescapés de La Nouvelle Orléans et le second sur Jimmy Carter.

Caroline Vié