Bêtes de prix, bêtes sauvages

— 

Pour son premier film, Behn Zeitlin, le réalisateur des Bêtes du Sud sauvage, a récolté assez de lauriers pour parfumer ses petits plats pendant un bon moment. De la Caméra d'or à Cannes aux grands prix de Sundance et de Deauville, les aventures d'une fillette de 6 ans dans le bayou font un carton plein. Même Barack Obama a conseillé le film à ses collaborateurs. « Je suis tellement sidéré par ce succès que je n'ai pas prix la grosse tête, raconte le trentenaire. Voir que ce film qui a été tourné avec des bouts de ficelle et des acteurs non professionnels puisse toucher autant me semble incroyable. »
Son adaptation d'une pièce de Lucy Alibar décrit un monde méconnu au sud de la Louisiane où une population marginale tente de préserver sa façon de vivre. Le regard vif de la craquante Quvenzhané Wallis, choisie parmi 4000 gamines, est l'atout majeur d'un récit certes virtuose, mais fort démonstratif.C. V.