Daniel Craig: «J’espère qu’on commencera à tourner dans un an»

INTERVIEW James Bond souffle ses cinquante bougies avec «Skyfall», l'un des meilleurs (voire le meilleur) opus de sa filmographie. Rencontre avec Daniel Craig et Javier Bardem...

Propos recueillis par Caroline Vié

— 

Daniel Craig à Paris le 25 octobre 2012 pour la promo de «Skyfall».
Daniel Craig à Paris le 25 octobre 2012 pour la promo de «Skyfall». — NIVIERE/SIPA

Pour Skyfall, Sam Mendes renouvelle le mythe 007 sans gadgets et avec un minimum d’effets spéciaux. Un nouveau James Bond est né face à un méchant aux cheveux dorés campé par Javier Bardem. Leur enjeu? Une James Bond Girl pas tout à fait comme les autres pour laquelle ils vont se livrer à un ahurissant combat singulier. «On a souhaité revenir aux origines, explique la productrice Barbara Broccoli, afin de faire repartir la saga sur des bases solides.» Mission accomplie pour ce film sombre dont les deux acteurs principaux se sont confiés à 20 Minutes.

Bond, James Bond… L’agent 007 révèle des facettes étonnantes de son personnage dans ce nouvel opus.

Daniel Craig: «C’est un tueur, dépourvu d’états d’âme quand il a une mission à accomplir. Il évolue dans un monde où personne n’est innocent.»

Javier Bardem: «Bond aurait pu facilement devenir un méchant. Il aurait eu toutes les qualités requises, mais les circonstances l’ont placé du bon côté de la barricade.»

Raoul Silva, un super-méchant. Avec sa coupe de cheveux à la Michou, Bardem campe un vrai sale type.

Javier Bardem: «La difficulté était de trouver l’équilibre entre le réalisme et le côté flamboyant du personnage. Il fallait qu’il s’impose dès son apparition comme une force incontrôlable. C’est un type que sa haine dévore de l’intérieur: il ne veut pas détruire le monde, mais se venger.»

Daniel Craig: «Il ressemble à Bond par bien des côtés. On peut le considérer comme une sorte de jumeau maléfique, perpétuellement en quête de contrôle, que ce soit psychologiquement, physiquement ou sexuellement…»

Un cinéaste oscarisé aux commandes. La réalisation, virtuose sans être envahissante, de Sam Mendes est pour beaucoup dans la réussite de Skyfall.

Daniel Craig: «Sam a apporté un côté artisanal à cette production énorme. Son autorité est paisible et souveraine. Comme il a dirigé un théâtre, il sait tenir une équipe.»

Javier Bardem: «J’avais l’impression de travailler sur un petit film indépendant, tant on nous laissait de temps et de liberté pour créer nos personnages. Mendes est un grand amoureux des acteurs.»

Découvrir le film, enfin. Les comédiens ont été les premiers surpris par le résultat.

Daniel Craig: «Ma première impression a été un énorme soulagement. Nous n’avions pas massacré le film du cinquantième anniversaire de James Bond. J’ai été bluffé par le générique de début, sublime, et aussi par la lumière de Roger Deakins, le directeur de la photo.»

Javier Bardem: «J’ai ressenti le même plaisir que quand je découvrais Moonraker étant enfant.»

James Bond reviendra… De nouveaux personnages ont été installés, une suite est-elle déjà en vue comme le promet le générique de fin?

Daniel Craig: «J’espère qu’on commencera à tourner dans un an. Mais il faut un scénario solide, ingrédient principal d’un bon Bond. »

Javier Bardem: «Les méchants de Bond ne vivent qu’une fois… Je le regrette.»

 Voir la bande-annonce de «Skyfall»: