AUTHENTIFICATIONBadges bleus, gris, dorés… Comment fonctionne la certification sur Twitter

Twitter : Badges bleus, gris et dorés… Comment fonctionne la nouvelle certification des comptes ?

AUTHENTIFICATION
La plateforme a supprimé les certifications d’identité historiques, mais aussi celles des grands médias, et les avertissements sur les comptes de médias d’Etat russes ou chinois
Le remaniement du système d’authentification des comptes sur Twitter continue de susciter des polémiques.
Le remaniement du système d’authentification des comptes sur Twitter continue de susciter des polémiques.-Chris DELMAS-AFP
H. B.

H. B.

L'essentiel

  • La plateforme dirigée par Elon Musk a commencé par retirer ce jeudi les anciennes coches bleues des profils qui les avaient obtenues dans le passé au nom de leur notoriété, mais qui n’ont pas souscrit au nouvel abonnement Twitter Blue.
  • Twitter a également supprimé le macaron doré indiquant le compte officiel d’une organisation pour les profils de tous les grands médias anglophones, et certains médias français.
  • Les étiquettes controversées « média affilié à l’Etat » et « média financé par des fonds gouvernementaux » ont aussi été supprimées ce vendredi des pages de grands médias.

Nouveaux badges bleus, coches dorées supprimées, étiquettes qui disparaissent… Le remaniement du système d’authentification des comptes sur Twitter, censé donner du contexte aux utilisateurs, continue de susciter des polémiques, et une certaine confusion.

Twitter Blue, la nouvelle formule payante mise en place par Elon Musk, doit permettre « de mettre tout le monde à égalité, de lutter contre les faux profils et aussi de diversifier les sources de revenus de l’entreprise », indique la plateforme. Mais d’après les dernières données, moins de 5 % des 407.000 comptes qui avaient l’ancien badge bleu gratuit se sont abonnés.

De nombreuses personnalités ont perdu leurs coches bleues

La plateforme dirigée par Elon Musk a donc commencé par retirer ce jeudi les anciennes coches bleues des profils qui les avaient obtenues dans le passé au nom de leur notoriété, mais qui n’ont pas souscrit au nouvel abonnement Twitter Blue. De Donald Trump à Beyoncé, de nombreuses personnalités ont donc perdu jeudi leur marque distinctive, tout comme des centaines de milliers de comptes moins connus (journalistes, universitaires, associations…).

Le milliardaire a par ailleurs confirmé qu’il avait payé, « de [sa] poche », des abonnements Twitter Blue pour une poignée de célébrités qui n’avaient rien demandé. Parmi les bénéficiaires se trouvent notamment le basketteur Lebron James, mais aussi l’écrivain Stephen King, qui avait été l’un des critiques les plus remarqués du nouveau système Twitter Blue.

Certains élus ou personnalités religieuses, comme le républicain Kevin McCarthy ou le Pape, ont quant à elle reçu à la place une coche grise, réservée aux comptes du gouvernement ou de certaines organisations.

Certains médias privés de badges dorés

Le groupe californien exige également des annonceurs qu’ils s’abonnent à Twitter Blue ou payent au moins 1.000 dollars par mois pour être une « organisation vérifiée » (badge gris ou doré), d’après un message consulté par Bloomberg et publié par le consultant Matt Navara. « Ce changement est conforme à la stratégie de vérification de Twitter : améliorer la qualité des contenus et votre expérience », assure la plateforme.

Twitter a également supprimé le macaron doré indiquant le compte officiel d’une organisation pour les profils de tous les grands médias anglophones, et certains médias français. Le New York Times (55 millions d’abonnés) ou Fox News (24 millions d’abonnés) ont ainsi perdu toute certification, quand les comptes du Monde, de la NHK, la radio-télévision publique japonaise, ou du Spiegel allemand ont, par exemple, tous conservé leurs badges dorés. L’entreprise n’a fourni aucune explication sur ces choix, qui semblent, comme souvent dans les décisions d’Elon Musk, arbitraires.

Suppression des étiquettes controversées « média affilié à l’Etat »

Twitter a par ailleurs supprimé ce vendredi les étiquettes controversées « média affilié à l’Etat » et « média financé par des fonds gouvernementaux » des pages de grands médias comme l’américain NPR ou le canadien CBC, mais aussi l’agence officielle chinoise Xinhua (Chine nouvelle).

Les « médias affiliés à un État » sont ceux dont le contenu éditorial est « contrôlé par cet État par le biais de ressources financières, de pressions politiques directes ou indirectes et/ou d’un contrôle sur la production et la distribution », pouvait-on lire sur le centre d’aide de Twitter. Ceux qui sont « financées par un État et dotées d’une indépendance éditoriale, comme la BBC au Royaume-Uni ou NPR aux États-Unis » n’en font pas partie, a indiqué la plateforme.

À lire aussi


Partenaires