C’est quoi le « subway surfing », ce dangereux défi popularisé sur TikTok ?

CHALLENGE
La diffusion de vidéos sur les réseaux au printemps et à l’été dernier a fait grimper la popularité du défi
Mandatory Credit: Photo by Lev Radin/Pacific Press/Shutterstock (13741508m)
First inaugural train arrives at Grand Central Madison. Grand Central MAdison station connects to Grand Central Terminal and Long Island Rail Road is now connected to Metro-North. Inaugural train runs from Jamaica station in 21 minutes.
Governor Hochul delivers remarks after arriving at Grand Central Madison in NY on inaugural train, New York, United States - 25 Jan 2023/shutterstock_editorial_Governor_Hochul_delivers_remar_13741508m//2301252345
Mandatory Credit: Photo by Lev Radin/Pacific Press/Shutterstock (13741508m) First inaugural train arrives at Grand Central Madison. Grand Central MAdison station connects to Grand Central Terminal and Long Island Rail Road is now connected to Metro-North. Inaugural train runs from Jamaica station in 21 minutes. Governor Hochul delivers remarks after arriving at Grand Central Madison in NY on inaugural train, New York, United States - 25 Jan 2023/shutterstock_editorial_Governor_Hochul_delivers_remar_13741508m//2301252345
hbounemoura

hbounemoura

C’est un challenge qui peut mener jusqu’à la mort. Le « subway surfing », nouvelle tendance qui séduit de nombreux jeunes sur les réseaux sociaux, inquiète les pouvoirs publics. A New York notamment, les autorités tentent d’enrayer ce défi, qui consiste à se mettre en scène en montant sur le toit d’un métro en marche.

D’après la Metropolitan Transportation Authority (MTA), qui gère le réseau de transports new-yorkais, la diffusion de vidéos sur les réseaux au printemps et l’été dernier a fait grimper la popularité du défi. Elle a recensé 928 signalements de personnes voyageant en dehors des voitures, soit plus de quatre fois plus qu’en 2021, et près du double de 2019 (490), dernière année avant la pandémie de Covid.

« C’est comme jouer à la roulette russe »

La MTA en a appelé à la responsabilité des réseaux sociaux en désignant TikTok, Instagram ou Snapchat. « S’ils diffusaient des vidéos de personnes jouant à la roulette russe avec des balles réelles, ils se rendraient compte des conséquences. C’est la même chose pour ces enfants qui sont encouragés par ces vidéos de glorification », a récemment fustigé le PDG de la MTA.

Un porte-parole de TikTok a déclaré que le réseau « n’affichait pas de vidéos de comportements dangereux connus dans les résultats de recherche », assurant même qu’il oriente les recherches vers des directives stipulant que ce type de contenu n’est pas autorisé. Snapchat a de son côté répondu qu’il « supprimait immédiatement » les vidéos de « subway surfing » s’il en a connaissance. L’un de ces porte-parole a également expliqué que des contacts ont été pris avec la MTA « pour discuter des mesures que nous pouvons prendre pour empêcher la diffusion de ce contenu ».

Un challenge qui fait penser au jeu vidéo « Subway surfers »

Isa Islam est l’un de ceux qui regrettera toute sa vie d’être allé chercher, à 17 ans, sa « poussée d’adrénaline ». Ce soir de novembre, avec deux cousins, il avait grimpé sur le toit d’un wagon dans une station souterraine de la ligne F, à Brooklyn. A sa première - et dernière tentative –, sa tête a heurté une poutre métallique, le sang a giclé et les blessures l’ont laissé partiellement aveugle. « C’était extrêmement stupide », confie-t-il aujourd’hui. « S’il y a bien une personne qui aurait besoin d’une machine à remonter le temps, c’est moi », ajoute-t-il.

Isa, qui avait passé six semaines à l’hôpital, et a subi de « nombreuses » opérations, a survécu, mais certains ont moins de chance. En février, un garçon de 15 ans est mort après avoir chuté depuis le toit d’un métro en marche. Un autre adolescent, originaire du Bronx, était décédé en décembre. Après ces accidents, la police de New York a rappelé que le métro n’était « pas un terrain de jeu » et que monter sur un wagon en marche est illégal.

Cette nouvelle tendance fait aussi penser au jeu vidéo « Subway surfers », populaire sur les applications mobiles, où le héros, un graffeur, saute de train en train et court sur les voies pour échapper à un policier. Mais dans la vraie vie, « ce n’est pas un jeu vidéo », met en garde Isa Islam, qui prodigue aujourd’hui son message de prévention au sein d’une association, « Breaking the Cycle ».

By the Web