20 Minutes : Actualités et infos en direct
du grand elonElon Musk s’excuse pour avoir humilié un ex-employé sur Twitter

Twitter : Elon Musk présente des excuses après avoir humilié un ancien employé sur le réseau social

du grand elonIncapable d’avoir une réponse des ressources humaines de Twitter, un employé a interpellé Elon Musk directement pour savoir s’il avait été licencié. Le PDG du site de microblogging s’est moqué de lui
Elon Musk lors d'une conférence à Washington, le 9 mars 2020.
Elon Musk lors d'une conférence à Washington, le 9 mars 2020. - Susan Walsh/AP/SIPA / SIPA
Manon Aublanc

Manon Aublanc

L'essentiel

  • Incapable d’avoir une réponse des ressources humaines pour savoir s’il avait été licencié ou non de Twitter, un employé a interpellé directement Elon Musk sur le réseau social.
  • Elon Musk a répondu avec des émojis morts de rire, avant de remettre en doute les missions, la qualité de travail de cet ancien employé et même son handicap.
  • Fait rarissime, quelques heures plus tard, le milliardaire a finalement présenté ses excuses.

Il y a des patrons plus humains que d’autres. Mais visiblement, ce n’est pas le cas d’Elon Musk, le PDG de Twitter. Lundi, l’un de ses directeurs d’équipe, Haraldur Thorleifsson, l’a interpellé directement sur le réseau social pour savoir s’il faisait encore partie des effectifs de l’entreprise. L’homme, basé en Islande, travaillait depuis 2021 pour la firme, qui a racheté sa société de design. Mais, il y a une dizaine de jours, comme « 200 autres employés de Twitter », son ordinateur de travail a été coupé.

Après avoir posé la question aux ressources humaines de Twitter - sans avoir obtenu de réponse –, il a interpellé son patron, directement sur le réseau social. « Cher Elon Musk […] votre responsable des ressources humaines n’est pas en mesure de confirmer si je suis encore employé ou non. Vous n’avez pas répondu à mes mails. Peut-être que si suffisamment de personnes retweetent, vous me répondrez ici ? » Quelques heures plus tard, le milliardaire a répondu… à sa façon.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Des émojis morts de rire comme réponse

Dans une série de plusieurs tweets - tous plus aussi hallucinants les uns que les autres –, Elon Musk l’interroge d’abord sur son poste, avant de remettre en doute ses missions et la qualité de son travail. Après quelques messages, le nouveau PDG de la firme à l’oiseau bleu s’est contenté d’envoyer un tweet avec deux émojis morts de rire - sans fournir officiellement de réponse.

Dans un autre message, Elon Musk a ensuite contesté la situation de handicap d’Haraldur Thorleifsson : « La réalité est que ce type (qui est riche par ailleurs) n’a pas réellement travaillé, a prétendu comme excuse qu’il avait un handicap qui l’empêchait de taper [sur un clavier], mais tweetait simultanément comme une tornade. Je ne peux pas dire que j’ai beaucoup de respect pour cela. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Quelques heures plus tard, les services de ressources humaines ont confirmé à Haraldur Thorleifsson qu’il avait bien été licencié de Twitter. Mais l’ancien salarié a tenu à mettre les choses au clair, notamment sur son handicap. « […] Puisque vous l’avez mentionné, je voulais vous donner plus d’informations. J’ai une dystrophie musculaire. Elle a de nombreux effets sur mon corps. Laissez-moi vous les détailler », a-t-il écrit.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Reprenant les accusations de son ancien boss, il a détaillé, point par point, son handicap : l’utilisation du fauteuil roulant depuis ses 20 ans, la perte de l’usage de ses jambes et de ses bras ou encore l’aide nécessaire au quotidien. Quant à la richesse qu’a mentionnée Elon Musk, Haraldur Thorleifsson la doit à sa société de design qu’il a vendu à Twitter en 2021, avant de rejoindre lui-même la firme. « J’ai rejoint l’entreprise à un moment où [elle] se développait rapidement. Vous avez un peu fait le contraire », a-t-il lancé à Elon Musk. « La question suivante est de savoir si je vais recevoir mon dû conformément à mon contrat ? ! », a ensuite conclu l’ancien salarié dans un dernier message. Une question restée sans réponse.

« C’est une longue histoire »

Quelques heures plus tard, le milliardaire a publié un nouveau tweet - loin de ses habitudes - pour présenter ses excuses. « Je voudrais m’excuser auprès de Halli pour mon incompréhension de sa situation. C’était basé sur des choses qu’on m’avait dites qui étaient fausses ou, dans certains cas, vraies, mais pas significatives. Il envisage de rester chez Twitter. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Il a également ajouté qu’il avait appelé Haraldur Thorleifsson : « […] Je viens de faire un appel vidéo avec Halli pour comprendre ce qui est réel par rapport à ce qu’on m’a dit. C’est une longue histoire. Mieux vaut parler aux gens que de communiquer par tweets. »

Clou du spectacle, le dirigeant lui aurait même proposé de reprendre son poste. « Il envisage de rester chez Twitter », a assuré le milliardaire. Haraldur Thorleifsson, de son côté, n’a pas réagi à cette dernière réponse. Pas si sûr qu’il souhaite revenir au boulot.

Sujets liés