20 Minutes : Actualités et infos en direct
FAKE OFFSur Facebook, de faux avis de recherche usurpent l’identité d’enfants

Facebook : Des escrocs usurpent l’identité d’enfants pour publier de faux avis de recherche

FAKE OFFUn Britannique âgé de dix ans et une jeune Australienne souffrant de leucémie en ont notamment été victimes
Le faux avis de recherche de droite usurpe l'identité d'un jeune Britannique.
Le faux avis de recherche de droite usurpe l'identité d'un jeune Britannique.  - Captures d'écran Facebook / Captures d'écran Facebook
Mathilde Cousin

Mathilde Cousin

L'essentiel

  • Sur Facebook, des escrocs jouent sur la corde sensible des internautes en postant de faux avis de recherche d’enfants.
  • Ces avis sont dupliqués dans des groupes locaux afin d’atteindre un maximum d’internautes.
  • Une fois que ces avis ont atteint une certaine visibilité, les escrocs les remplacent par des publicités douteuses.

«Aidez-moi à retrouver mon fils ». Qui pourrait résister à un tel appel ? Jouant sur la corde sensible des internautes, des arnaqueurs multiplient sur Facebook les faux avis de recherche d’enfants. Leur tactique est toujours la même : des femmes annoncent que leur fils a disparu. Selon les posts, celui-ci s’appelle Ryan Smith ou Tyler Griffin. « Mon fils Ryan Smith est parti ce matin avec notre écheveau de chien, lit-on sur un message copié collé dans plusieurs groupes Facebook. Il est autiste et a disparu depuis huit heures. Si quelqu’un le voit, veuillez me contacter par MP, s’il vous plaît, republiez-le sur n’importe quel site. » L’arnaqueur achève de convaincre son auditoire en indiquant « avoir déjà contacté la police ».

Quant au dénommé « Tyler Griffin » il aurait disparu sur le chemin de l’école. Le post comporte une description de ses habits. Fait étrange pour un enfant qui aurait disparu en France, sa taille et son poids ne sont pas mentionnés en mètre et en kilos, mais en pieds et en livres, à l’américaine.


Les escrocs postent le même avis de recherche, mais changent parfois la photo.
Les escrocs postent le même avis de recherche, mais changent parfois la photo. - Captures d'écran Facebook

Les messages sont postés dans des groupes locaux sur Facebook et débutent avec un hashtag mentionnant le nom de la ville, afin de faire croire à une disparition locale. Contactée par 20 Minutes, la police nationale indique « ne pas avoir d’éléments concrets » sur ces prétendues disparitions.

A bien y regarder pourtant, plusieurs détails clochent : les comptes qui postent ces annonces ne sont pas des profils, mais des pages. La même annonce est dupliquée dans plusieurs groupes locaux dans toute la France. « Ryan Smith » aurait ainsi disparu dans les Hauts-de-France, à Nice ou encore en Alsace !

La police britannique avait déjà démenti en décembre

Une des annonces faisant croire à la disparition de « Tyler Griffin » usurpe l’identité d’un garçon gallois âgé de dix ans, qui avait été porté disparu puis retrouvé en juin 2022. Dans d’autres posts publiés en anglais, les escrocs ont également réutilisé la photo d’une jeune Australienne, dont la famille avait lancé un appel en novembre 2022 pour trouver un donneur de moelle osseuse. A chaque fois, les annonces sont fermées aux commentaires, afin qu’aucun internaute ne puisse alerter sur le piège

Les fausses annonces sont internationales : elles ont été relayées aussi bien aux Etats-Unis qu’au Canada ou au Royaume-Uni. Les policiers de Waverley, un district du Sud Ouest de l’Angleterre, avaient démenti en décembre 2022 des posts similaires, qui annonçaient cette fois-ci la disparition d’un certain « Andrew Sanders ». Le texte était le même que celui qui annonçait la disparition de « Tyler Griffin », laissant penser que les escrocs se sont contentés de traduire le texte et de changer le nom de l’enfant.

Pourquoi des anonymes lancent-ils ces fausses annonces ? L’appât du gain semble être la réponse : une fois que les fausses annonces ont atteint une certaine visibilité, les escrocs effacent la fausse annonce et la remplacent par une publicité renvoyant vers un site de sondages en ligne. Ils promettent une récompense de 150 euros pour toute nouvelle inscription - une somme que ne touchera jamais le nouvel inscrit. Kantar, le groupe propriétaire du site de sondages, confirme à 20 Minutes qu'« il n’est pas dans leur politique d’offrir des incitations financières » pour recruter de nouveaux membres.


L'avis de recherche a été effacé pour être remplacé par cette publicité douteuse.
L'avis de recherche a été effacé pour être remplacé par cette publicité douteuse. - Capture d'écran Facebook

En revanche, le lien de la publicité comporte des trackers, laissant penser à du marketing d’affiliation. Dans cette hypothèse, l’escroc bénéficierait de chaque nouvelle inscription sur le site* grâce à son lien. Si le marketing d’affiliation n’est pas illégal, les escrocs s’approprient en revanche des photos d’enfants dont ils ne sont pas propriétaires. Une pratique qui n’est pas approuvée par Kantar : « Dans des cas comme celui-ci, notre division Profils travaille en étroite collaboration avec notre équipe juridique pour signaler les mauvais acteurs à l’équipe compétente de Meta ou à tout autre canal ».

La technique des escrocs est bien rodée : aux Etats-Unis, ceux-ci postent des fausses annonces d’accidents ou de disparitions, puis les remplacent par des publicités pour de l’immobilier, ont repéré nos confrères du site de fact-checking Lead Stories.



Comment se prémunir contre ces faux ? « Il ne faut jamais relayer ou prendre pour argent comptant un avis de recherche qui n’émane pas d’un compte officiel, à savoir ceux du ministère de l’Intérieur ou de la gendarmerie nationale », prévient Jérôme Notin, directeur général de la plateforme cybermalveillance.gouv.fr.

Une des escroqueries observée avec le marketing d’affiliation est l’abonnement caché, rappelle le spécialiste. Une fois contracté, celui-ci sera difficile à résilier. Dans ce cas, « il faut contacter sa banque et résilier sa carte bancaire ». Un autre réflexe est de signaler l’arnaque sur le site Perceval, un site du ministère de l’Intérieur spécialisé dans la fraude aux moyens de paiement. Si les autorités reçoivent plusieurs signalements, il est possible qu’elles ouvrent une enquête pour identifier les auteurs.

Sujets liés