«Ma fille Tifany a servi de cobaye»

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Christian et Lysiane Le Baudour sont des parents en deuil, malheureux et en colère. Leur fille Tifany, 12 ans, est décédée le 17 juin au CHU de Bordeaux à la suite d'une intervention a priori bénigne. Tifany souffrait d'une malformation veineuse à la cuisse qui la gênait pour marcher. Le 15 juin, elle est hospitalisée au service de dermatologie pédiatrique de l'hôpital des enfants à Pellegrin. On lui place un garrot sur la cuisse et on lui injecte une dose d'alcool dans la malformation afin de la scléroser. Mais des complications entraînent un arrêt cardiaque, des lésions cérébrales irréversibles et le décès de la fillette deux jours plus tard.

Convaincu d'avoir affaire à une erreur médicale, Christian Le Baudour, CRS installé en Dordogne, a immédiatement porté plainte. « Ma fille a servi de cobaye. Le médecin a testé une nouvelle méthode sans nous avertir », affirme-t-il. Il fonde ses accusations sur un courriel envoyé par le professeur Nicolas Grenier au médecin traitant de la fillette avant l'opération. Il y explique avoir choisi « une méthode de sclérose un peu originale » qu'il n'a jamais pratiquée, mais soutient qu'il en a informé la famille. « C'est faux, répond Lysiane Le Baudour. Sinon nous n'aurions pas accepté. »

L'enquête ouverte devra déterminer la validité de ce document, déterminer les causes de la mort et établir d'éventuelles responsabilités. « Nous laissons la justice faire son travail », commente le directeur juridique du CHU, Lin Baudrech, évoquant la possibilité d'un aléa thérapeutique. « Le professeur Grenier est une pointure, référent national pour ce type de malformation. Il a mis en oeuvre un acte qu'il avait déjà pratiqué. » Aléa thérapeutique ou erreur médicale ? « Je veux savoir et que le responsable soit puni, s'emporte Christian Le Baudour. J'ai un combat à mener pour Tifany. On ira jusqu'au bout. »

Sophie Lemaire

Une information judiciaire pour homicide involontaire par imprudence est ouverte. Une expertise devrait être ordonnée par le juge d'instruction.