Un train de retard pour Bordeaux-Espagne

©2006 20 minutes

— 

Treize mois : telle est l'avance prise par la ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse par rapport à sa rivale Bordeaux-Espagne. Le débat public de cette dernière devrait se terminer fin décembre, après quatre mois de discussions, selon le calendrier présenté hier à Bordeaux par la Commission nationale du débat public (CNPD). Celui de Bordeaux-Toulouse s'était achevé en octobre dernier. « L'objet de ce débat est d'informer de manière complète et claire », a souligné Yves Mansillon, président de la CNDP. Une trentaine de réunions seront organisées et un million de documents de synthèse envoyés aux habitants. Les avis seront remis à Réseau ferré de France.

S. d'A.

La LGV Bordeaux-Hendaye, d'un coût de 10 milliards d'euros, reliera Paris au réseau à grande vitesse espagnol. Elle mettra Bordeaux à 4 h de Madrid et transférera vers le rail une partie des 8 000 camions passant chaque jour la frontière.