La Sogerma ne décolle toujours pas

©2006 20 minutes

— 

Les salariés tournent en rond. L'intersyndicale, reçue lundi soir à la préfecture par des représentants d'EADS, s'est dite déçue de cette première entrevue. « C'est de la langue de bois, regrette Philippe Lozano, représentant CGT, EADS se positionne sur les 500 emplois imposés par le gouvernement, mais ne parle pas de la maintenance. » En effet, l'identité du repreneur, qui devrait être annoncée la semaine prochaine par EADS, reste un mystère. De plus, avec l'arrivée à la direction du groupe de Louis Gallois – qui s'était opposé en mai à la fermeture du site mérignacais –, les salariés espèrent un changement de stratégie. Parallèlement, ils craignent que « EADS ne joue le pourrissement en laissant partir les clients et les compétences », s'inquiète le syndicaliste. En effet, à ce jour, les salariés de la maintenance aéronautique ont du travail jusqu'en août, mais les commandes d'avions sont au ralenti.

Orianne Dupont