Un parc suspendu à l'angélique

©2006 20 minutes

— 

Le quartier Saint-Michel devra patienter au moins jusqu'à 2008. Le parc qui doit voir le jour sur les quais, entre le pont de Pierre et le pont Saint-Jean, aura du retard à cause... d'une plante ! Des militants écologistes ont en effet signalé la présence de deux pieds d'angélique des estuaires, espèce protégée, au pied de l'estacade de béton qui devait être démolie. Tant que le dossier est à l'étude, toute opération sur la zone est interdite.

« Ce n'est pas très civique de leur part », dénonce la paysagiste Anouk Debarre, associée au concepteur du projet, Michel Corajoud. En manque d'espace vert, Saint-Michel a en effet grand besoin d'un tel terrain, à la fois ludique et propice au repos. « Ce sera un poumon pour le quartier », reconnaît Michel Duchêne, adjoint à l'urbanisme de la ville. « Il y aura des arbres le long du boulevard, une bande linéaire centrale occupée par une prairie et une bande active le long du fleuve, avec terrains de beach-volley, de foot synthétique, de street-hockey et des jeux pour enfants », détaille Anouk Debarre.

Certains éléments initiaux ont néanmoins été abandonnés, faute de crédits. « On a enlevé les bancs et les barbecues en bord de Garonne », regrette-t-elle. Idem pour « la maison du parc », remplacée par une guinguette, à la demande du maire UMP Hugues Martin. Une bonne nouvelle toutefois : le miroir d'eau, face à la Bourse, sera inauguré dans les temps, le 21 juillet prochain.

Marion Guillot