Plan de protection des seniors en cas de canicule

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Ne pas revivre le drame d'août 2003. C'est le but des mesures présentées vendredi par le maire de Bordeaux, Hugues Martin. Ce dispositif complète le plan national canicule mis en place chaque année par le gouvernement depuis l'épisode de l'été 2003 qui avait fait 15 000 morts.

Dix milles exemplaires d'un guide de prévention vont ainsi être distribués dans les maisons de retraite, les clubs seniors, les associations, l'hôtel de ville, les mairies de quartier, les pharmacies et chez les médecins, afin de sensibiliser les 43 000 seniors de Bordeaux sur les risques liés à la canicule et les mesures à prendre contre la chaleur.

La ville a également entrepris de recenser toutes les personnes âgées isolées (PAI). Plus de 2 000 ont déjà été identifiées. « C'est un travail difficile, reconnaît Françoise Brunet, adjointe au maire chargée du dossier seniors, car certaines se retrouvent seules ou dépendantes du jour au lendemain. » Les associations d'aide à domicile sont donc chargées de détecter les personnes vulnérables. Ainsi, Comment ça va ?, une association montée avec des médecins et des infirmières, téléphone deux fois par jour à heure fixe pour recenser les besoins de ces seniors.

Enfin, lors du pont du 15 août, la collaboration de tous les services d'aide doit permettre d'éviter toute paralysie du système. Un progrès par rapport à 2003, où les usagers ne savaient pas à quelle porte frapper.

Stéphane Moréale

Un numéro vert, le 0 800 625 885, est disponible 24h/24 pour mobiliser les professionnels des services d'aide en cas d'urgence et délivrer des conseils.