Le « Colbert » en fin de carrière

©2006 20 minutes

— 

Le croiseur Colbert pourrait bien jeter les amarres. A un an de la fin du contrat de mise à disposition par l'Etat du navire de guerre, le maire de Bordeaux envisage de ne pas le renouveler. « Le moment est venu de s'en débarrasser », déclare même Hugues Martin. Il a évoqué son démantèlement au Verdon par une entreprise spécialisée dans le traitement des déchets amiantés. Solution qui débarrasserait le port de la lune de sa « verrue » – comme l'avait baptisé le maire de Bègles, Noël Mamère – et qui pourrait créer une centaine d'emplois. Mais cette décision risque de déclencher une polémique similaire à celle du Clemenceau. En effet, comme tous les navires de cette époque, le Colbert contiendrait une quantité importante d'amiante.

Toutefois, le départ du navire mis à flot en 1956 ne devrait pas émouvoir les Bordelais. Si le Colbert a suscité la curiosité à ses débuts, en 1993, avec 100 000 visiteurs par an, aujourd'hui il sert surtout de point de repère et n'attire que peu de monde : seules 35 000 personnes sont montées à bord en 2005. O. D.