Bordeaux

Un itinéraire bis qui fait grincer des dents

Depuis deux mois, élus, associations, riverains et agriculteurs protestent contre les tracés proposés par la DDE et la préfecture

Retour sur un fiasco. Depuis deux mois, élus, associations, riverains, agriculteurs et chasseurs protestent contre les tracés proposés par la direction de l'équipement et la préfecture. Le grand contournement de Bordeaux, qui devrait être réalisé pour 2020, ne convient à personne. Pourtant, il est nécessaire à tous. Cette voie de desserte est indispensable car la rocade risque la saturation en 2015. Au total, 8 500 poids lourds passent chaque jour la frontière espagnole et polluent Bordeaux. Et certaines zones – dont le Médoc – ont besoin de cet axe pour sortir de l'isolement.

Il y a vingt ans Philippe Madrelle, président du conseil général, lance l'idée d'un grand contournement de Bordeaux pour que la Gironde soit équipée d'infrastructures routières dignes de son dynamisme économique et touristique.

2003 La commission du débat public est saisie.

14 mai 2004 Le ministre des Transports donne son accord pour la réalisation du projet avant même que la commission n'ait rendu son rapport.

25 avril 2006 Après une étude préliminaire, les services de l'état présentent les tracés envisageables afin de définir le fuseau de 1 000 m. La concertation débute et les opposants se mobilisent à coup de manifestations et de pétitions. Ils s'insurgent face au manque de concertation et protestent contre certains tracés qui traversent des zones Natura 2000, des vignobles de grands crus classés et des habitations.

13 juin 2006 « Il faut arrêter ça et relancer une vraie concertation », selon Philippe Madrelle, le « père spirituel » du grand contournement, qui demande un moratoire à Dominique Perben, ministre des Transports. Il sollicite par ailleurs l'accélération de la ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Espagne, pour reporter le fret sur la voie existante.

19 juin 2006 Lors de l'assemblée plénière du conseil régional, le président Alain Rousset demande, lui aussi, au ministre de donner le temps nécessaire à la reprise du dialogue avec les principaux concernés : la population. Mais il insiste sur l'importance de la réalisation de ce projet : « Les modes alternatifs à la route ne suffiront pas », rétorque t-il à Philippe Madrelle.

30 juin 2006 Selon la préfecture, la concertation devrait toucher à sa fin normalement, malgré le moratoire. Début juillet, le préfet rendra ses conclusions au ministre des Transports qui se prononcera à ce moment là.

2020 Inauguration du grand contournement de Bordeaux?

Orianne Dupont

www.contournement-bordeaux. aquitaine.equipement.gouv.fr