L'impact environnemental du grand stade de Bordeaux fait aussi débat

INFRASTRUCTURES Le projet de Grand stade à Bordeaux a de nouveau subi les foudres de l'opposition municipale, lundi en Conseil municipal. Le projet menacerait des zones naturelles classées...

Mickaël Bosredon
— 
Le projet de Grand Stade de la ville de Bordeaux
Le projet de Grand Stade de la ville de Bordeaux — DR

Jusqu’ici critiqué pour son volet financier, le projet de grand stade a de nouveau subi les foudres de l’opposition municipale bordelaise, lundi en conseil, cette fois sur ses conséquences environnementales. Au titre de la loi sur l’eau et de l’impact sur l’accessibilité, une étude d’incidence est soumise à approbation aux conseils municipaux de Bordeaux, Blanquefort et Bruges, qui a émis un avis négatif il y a quelques jours. Le projet, indique la délibération, « présente différents impacts sur les milieux aquatiques, notamment la création de 9 ha de surfaces imperméabilisées, le déplacement d’un canal et d’une station de relevage, des travaux de remblaiement et déblaiement en secteur inondable, et l’assèchement d’une zone humide. »

«Destruction d’espaces protégés»

Pour Pierre Hurmic (Verts) « cette étude démontre la future destruction d’espaces naturels protégés, ainsi que celle d’une faune remarquable (loutres, musaraignes, vison d’Europe…) ». Marie-Claude Noël (Verts) s’est inquiétée pour sa part de « l’utilisation de l’eau pour la pelouse, qui devra rester parfaite nous apprend l’étude.  »Sur ce point, la délibération assure que « les eaux de toiture du stade seront récupérées pour l’arrosage de la pelouse à l’aide de quatre cuves de 200m3 chacune ». « Le prélèvement dans la Jallère », un moment envisagé, « a été abandonné » précise l’adjoint au maire Jean-Louis David (UMP). L’élu a également rappelé que, en compensation, « la ville et la communauté urbaine se sont engagées à créer un corridor écologique ».

Quant à l’impact sur les déplacements, Patrick Papadato (Verts) estime qu’un stade «à 12km du centre», va à l’encontre de l’ambition d’atteindre 25% de déplacements à pied dans la mobilité quotidienne. Ce sont les déplacements en voiture qui vont progresser.» Pour Mathieu Rouveyre (PS), un des opposants les plus farouches au projet, il n’y a plus de doute: «le stade va endommager l’environnement.» PS et Verts ont voté contre. Le PC s’est abstenu.