Deux corps repêchés dans la Garonne à Bordeaux

FAITS-DIVERS Deux corps ont été repêchés dans la Garonne à Bordeaux, entre lundi soir et mardi matin. Le premier n'a toujours pas été identifié, le second serait celui de Vincent Zecca, un jeune bordelais porté disparu dans la nuit du 3 au 4 mars dernier...

Mickaël Bosredon

— 

C'est dans le port de Bassens, près de Bordeaux, que le corps de Vincent Zecca a été repêché mardi 27 mars
C'est dans le port de Bassens, près de Bordeaux, que le corps de Vincent Zecca a été repêché mardi 27 mars — S.ORTOLA/20MINUTES

Un corps a été repêché ce mardi matin vers 11 heures par les policiers et les pompiers, à Bassens, tout près de Bordeaux. L’alerte a été donnée peu avant 9 heures par des personnes qui réparaient un bateau, et qui ont aperçu un corps à la surface de l’eau. Il a été très rapidement identifié, notamment par ses vêtements. Il s’agit de celui de Vincent Zecca, 19 ans, porté disparu dans la nuit du 3 au 4 mars dernier, après une soirée arrosée dans le centre de Bordeaux. Son autopsie aura lieu mercredi 28 mars pour déterminer les circonstances de son décès.

Toujours aucune trace de Maxime Le Bot, disparu depuis le 4 février

Un premier corps avait été repêché la veille au soir, vers 21 heures, quai de Bacalan à Bordeaux. Celui-ci n’a toujours pas été identifié, mais il pourrait s’agir d’un homme d’une cinquantaine d’années. Selon le parquet de Bordeaux, cité par l’AFP, il ne s’agirait en tout cas pas de Maxime Le Bot, un étudiant bordelais porté disparu depuis le 4 février dernier, lui aussi après une soirée arrosée.

Le parquet de Bordeaux avait confirmé, le 23 mars dernier, qu’il privilégiait la thèse de l’accident concernant la disparition de Vincent Zecca. Son blouson, accroché à une rembarde sur les quais au niveau de la place de la Bourse, avait été retrouvé par une joggeuse le 4 mars au petit matin. Selon différents témoins qui avaient croisé Vincent Zecca dans la nuit, ainsi que sa petite amie qui avait réussi à s’entretenir avec lui par téléphone avant de perdre sa trace, le jeune homme était fortement alcoolisé.

C’est également au cours d’une nuit arrosée, quai de Paludate à Bordeaux, que Maxime Le Bot a disparu. Malgré d’intenses recherches, il n’a toujours pas été retrouvé.

En décembre dernier, un étudiant de l’Ensap-Bordeaux (Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage) avait également trouvé la mort dans la Garonne, après une soirée dans une boîte de nuit proche du quai des Bassins à Flot.