Viticulture : le président du CIVB claque la porte

©2006 20 minutes

— 

Echec de la mise en place du plan Bordeaux, manque de soutien de la profession, démission des pouvoirs publics... Le président du Comité interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), Christian Delpeuch, jette l'éponge. Hier, il a accusé viticulteurs, administrations et politiques de ne pas l'avoir aidé à résoudre la crise. Outre l'inertie générale, il a critiqué les actions des viticulteurs qui auraient même, selon lui, aggravé la crise. « Le blocus sur les tonneaux à moins de 1 000 euros a fait baisser le prix à 750 euros. » Sans oublier le pillage récent des documents du CIVB par la fédération départementale des syndicats d'exploitants, qui a eu raison de sa motivation. « J'ai été très déçu par la non-position de la Fédération des grands vins de Bordeaux sur cet incident », a-t-il ajouté. D'ici à la fin du mandat de Christian Delpeuch, le 10 juillet, la profession devra trouver un candidat viticulteur, conformément à l'alternance négoce-viticulture en vigueur.

M. G.