L'essor d'une start-up libournaise

— 
Pierre Calléja, patron de Fermentalg.
Pierre Calléja, patron de Fermentalg. — s.ortola/20 minutes

   La vitesse d'ascension de la société Fermentalg étonne même son fondateur. Alors qu'elle vient de souffler ses deux bougies, cette entreprise de production de micro-algues, implantée à Libourne, pourrait être prochainement cotée en Bourse. L'idée d'exploiter industriellement ces micro-algues pour des débouchés dans l'alimentation, la santé et plus tard les biocarburants, a germé dans la tête de Pierre Calléja, spécialiste en aquaculture marine. Il a participé, dans les années 80, à la création des premières fermes marines en Méditerranée. C'est au début des années 90 qu'il commence à développer un système de production de micro-algues à faible coût, destinées à être vendues aux fermes d'aquaculture. Aujourd'hui, son entreprise emploie 30 personnes et mobilise indirectement un réseau de scientifiques d'une centaine de personnes. 

 Des algues dans les oméga 3
« La rupture technologique consiste à ne plus utiliser la lumière pour produire ces micro-algues. On leur apporte du carbone issu de sous-produits de l'industrie agroalimentaire par exemple ou de la vinification », explique le biologiste. Une avancée majeure qui permet de diversifier les méthodes pour créer de la biomasse et d'améliorer le rendement. Les premiers projets vont voir le jour l'année prochaine, ils concernent l'élaboration d'oméga 3 à partir de ces micro-algues. Les projets de biocarburants, plus lourds à mettre en place, devraient émerger d'ici quelques années. Des appels à projets ont déjà été lancés.E.P.