La Manufacture change de tête

Julie millet

— 

Frédéric Maragnani a pris ses fonctions début janvier.
Frédéric Maragnani a pris ses fonctions début janvier. — s.ortola/20 minutes

«Je veux faire dans ce lieu des choses folles, décalées et drôles. » Frédéric Maragnani, le nouveau directeur de la Manufacture de l'Atlantique (anciennement TNT) donne le ton. A 41 ans, le metteur en scène et directeur de la compagnie bordelaise Travaux Publics prend à bras-le-corps ce nouveau défi. Cet ancien élève du conservatoire de Bordeaux, s'est spécialisé dans les textes de théâtre contemporain. « Ce qui m'intéresse c'est de construire des conversations avec des artistes sur une série de propositions », confie t-il. Après des problèmes financiers et des relations de plus en plus tendues avec les partenaires publics, ce théâtre situé sur les boulevards de Bordeaux était menacé de fermeture. Eric Chevance, l'ancien directeur et créateur du lieu a demandé à Frédéric Maragnani, de reprendre la direction de l'ancienne usine. 2 012 sera donc une année de transition.

Nouvelle équipe,

nouveau projet
Hervé Pons, ancien journaliste culturel, prend les rênes de la programmation avec Françoise Roux, transfuge de la Maison de la culture d'Amiens. Une nouvelle équipe qui aura la charge de faire vivre ce lieu atypique. « J'aimerais qu'on utilise le jardin, qu'on fasse venir les enfants par exemple. » Mélanger les genres en accueillant de la chanson française, du cabaret, ou des arts numériques tout en proposant des cours de cuisine ou de taî-chi et des lectures de textes, voilà l'ambition. Avec un budget annuel de 550 000 €, la tache ne sera pas facile. « Il en faudrait le double pour un bon fonctionnement », assure le nouveau maître des lieux qui s'est donné jusqu'à 2 015 pour mettre sur pied ce projet. « L'avenir de la Manufacture passera par le règlement de la question immobilière », note Frédéric Maragnani. D'évidence, le bâtiment nécessite une réhabilitation. L'enjeu est de faire de la Manufacture Atlantique un lieu qui soit complémentaire des grandes institutions culturelles comme le Grand Théâtre ou le TNBA, en privilégiant l'accueil des jeunes artistes.
Les Bordelais pourront découvrir sa nouvelle programmation en septembre.