Catherine Brun : « L'entreprise a une responsabilité sociale »

©2006 20 minutes

— 

Interview de Catherine Brun, chargée du projet Equal Sillage à l'Association régionale pour l'amélioration des conditions de travail.

En quoi consiste le projet Equal Sillage, expérimenté en Gironde et présenté aujourd'hui dans le cadre de la 3e semaine pour la qualité de vie au travail ?

Il vise à revaloriser l'emploi, notamment à faible niveau de qualification, dans la viticulture et l'industrie. Et la participation des entreprises, de la mission locale, ainsi que des demandeurs d'emploi permet de mieux orienter les jeunes et les Rmistes et d'aider les entreprises à recruter plus efficacement.

Comment fonctionne ce dispositif ?

Depuis un an, nous avons mis en place des parcours découvertes : le demandeur d'emploi est en situation de travail dans l'entreprise pendant quinze jours pour découvrir un métier.

Une sorte de stage, en somme ?

C'est plus innovant, car l'entreprise s'implique vraiment. Elle prépare le parcours et un tuteur réalise une évaluation, transmise ensuite à la mission locale afin d'aider le chômeur à trouver un emploi ou une formation.

En quoi Equal Sillage aide-t-il les entreprises ?

Ce sont des secteurs qui peinent à recruter. Ce projet fait comprendre aux entreprises qu'elles peuvent devenir plus attractives en améliorant leurs conditions de travail. Ce qui permet notamment d'intégrer des femmes.

Il s'agit donc d'ouvrir le monde du travail à des populations souvent exclues ?

L'entreprise a une responsabilité sociale. Son rôle est d'intégrer des jeunes avec des parcours et des origines différents. C'est un vrai changement de mentalité.

En un an, le projet a-t-il porté ses fruits ?

Sur dix entreprises, il y a eu trois embauches. Mais il s'agit surtout d'une expérience pour le demandeur qui sait si cette voie lui convient et peut ensuite être recruté, s'orienter vers une formation ou encore postuler dans ce secteur.

Quelles vont être les suites de ce test ?

A partir de cette étude, les pouvoirs publics peuvent mettre en place des actions. Mais il ne faut pas attendre pour sensibiliser les entreprises.

Recueilli par Orianne Dupont

Aujourd'hui à 9 h, à la Maison de la promotion sociale, à Artigues-près-Bordeaux.