Le chantier sur les rails

Mickaël Bosredon

— 

Le chantier de la LGV débutera en février, pour une livraison en 2 017.
Le chantier de la LGV débutera en février, pour une livraison en 2 017. — s.ortola/20 minutes

La LGV Tours-Bordeaux s'annonce vraiment à grande vitesse. Le chantier va démarrer dès le mois prochain, a annoncé hier Réseau Ferré de France (RFF). Avec à l'arrivée une livraison en avance sur le calendrier ? Christophe Huau, chef de la LGV Sud-Europe-Atlantique pour RFF, estime qu'elle pourrait se faire au début du deuxième trimestre 2 017 au lieu d'août 2017, s'il n'y a pas d'aléa technique d'ici là. Le groupement Lisea, émanation du groupe Vinci lauréat de l'appel d'offres, continue pour le moment de s'en tenir au calendrier actuel.

300 ouvrages d'art

le long des 300 km de voies
Des travaux d'Hercule. RFF rappelle qu'il s'agit du « plus grand chantier de France ». L'enjeu est de construire 300 kilomètres de lignes grande vitesse entre Tours et Bordeaux pour les raccorder à celles déjà existantes entre Paris et Saint-Pierre-des-Corps. Vinci a remporté l'appel d'offres pour la construction de cette ligne, et RFF aura la maîtrise des raccordements avec la ligne existante à Tours, Châtellerault, Poitiers, Angoulême, et Ambarès-et-Lagrave.
Le chantier sera lancé simultanément à quinze endroits différents, et le QG travaux sera installé à Poitiers. Trois cents ouvrages d'art devront être réalisés. Les travaux commenceront en février par le terrassement, « ce qui sera le plus impressionnant » assure Christophe Huau. L'installation des équipements ferroviaires (rails, caténaires…) commencera entre 2013 et 2014, et s'achèvera entre 2015 et 2016. Puis viendra la période de tests. Des trains rouleront à blanc à 320 km/h « et plus » durant plusieurs mois.
Le coût du chantier se chiffre à huit milliards d'euros, dont 50 % à la charge de Vinci qui exploitera la ligne durant cinquante ans. Période durant laquelle il devra l'entretenir, et touchera les péages ferroviaires de ce tronçon.

Investissements

RFF investira 300 millions d'euros en 2 012 dans la région Poitou-Charentes-Aquitaine, contre 240 millions d'euros en 2 011. Il s'agira essentiellement de renouvellement de voies, notamment entre Montmoreau et Bordeaux (102 km).