Morosité avant le verdict chez Cofinoga

— 

« Selon toute probabilité, environ 500 emplois sont menacés, dont 400 à Mérignac et Jurançon », avance Lionel Azougalhi, délégué CFDT chez Cofinoga. Selon lui, la situation actuelle résulte d'une mauvaise gestion après la crise de 2008 et d'un manque d'anticipation. Les syndicats se sont donné pour objectif de parvenir à ce que l'actionnaire BNP Paribas réinjecte de l'argent dans l'entreprise afin de pérenniser son activité. Ils entendent aussi négocier un plan social qui permette des reclassements et des départs accompagnés pour les salariés. » De nombreux soutiens politiques se sont manifestés à gauche parmi lesquels le maire PS de Mérignac, Michel Sainte-Marie. Dans l'entreprise, l'ambiance est bien sûr morose et pour cause : « Chacun craint pour son job », raconte Lionel Azougalhi. Si la direction du groupe ne souhaite pas faire de commentaire pour le moment, les salariés devraient mieux connaître leur sort vendredi, jour où se tient le comité central d'entreprise.E. P.