2 012 sous le signe de la solidarité

— 

« Le dernier rempart contre la pauvreté », c'est ainsi qu'a qualifié, hier, Philippe Madrelle, président (PS) du conseil général de la Gironde, le rôle de l'institution dans un contexte de crise sévère. Il a rappelé à cet égard les 710 millions d'euros dévolus au budget global de la solidarité en 2 012 sur les 1 547,1 millions d'euros du budget total, voté le 20 décembre dernier.
Soucieux d'accompagner avec équité les territoires ruraux, Philippe Madrelle a annoncé la création d'un coefficient de solidarité. Il s'appliquera à toutes les subventions d'investissement attribuées par le département aux communes, en fonction de leur potentiel fiscal. L'idée étant d'aider davantage les communes les plus modestes. Le président du conseil général n'a pas perdu une occasion de critiquer, au passage, le projet de réforme des collectivités qu'il juge « mortifère ». S'il est suspendu pour le moment, Il a formé le vœu qu'il ne se fasse pas car ce serait « éloigner les élus du terrain ».E. P